Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande au courant des écoutes Sarkozy le 4 mars, pense Valls

Reuters12/03/2014 à 11:15

POUR VALLS, HOLLANDE A ÉTÉ MIS AU COURANT DE LA MISE SUR ÉCOUTES DE SARKOZY LE 4 MARS

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a dit mercredi prêter foi aux informations selon lesquelles François Hollande a été mis au courant de la mise sur écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy le 4 mars, trois jours avant les révélations du Monde.

L'UMP accuse le gouvernement de mentir, estimant qu'il a connaissance de ces écoutes depuis longtemps, et elle demande à François Hollande de s'expliquer sur une "affaire d'Etat qui s'apparente à un véritable espionnage politique".

Interrogé sur l'information du quotidien Le Parisien sur la date du 4 mars, Manuel Valls a répondu sur RTL : "Je crois que cette information est juste."

Lui-même dit ne l'avoir appris que le 7 mars, le jour de la publication de l'article du Monde sur ces écoutes et, assure-t-il, personne au gouvernement n'en connaissait le contenu.

Le président de la République s'est quant à lui dit prêt à recevoir le bâtonnier de Paris, qui proteste contre ces écoutes, et le président de l'Union syndicale de la magistrature (USM), qui soutient les magistrats instructeurs.

"Le Premier ministre hier soir a rappelé que personne au gouvernement n'a eu accès au contenu de ces écoutes, c'est évidemment toujours le cas aujourd'hui", a ajouté Manuel Valls.

"Ne faisons pas insulte aux magistrats ni aux policiers, les officiers de police judiciaire, qui agissent sous l'autorité de ces magistrats, des magistrats indépendants, des juges d'instruction", a-t-il poursuivi.

"Dans des affaires et sur des actes d'investigation de cette nature, ces professionnels du droit, aussi bien les magistrats que les policiers, savent parfaitement prendre leurs précautions qui s'imposent pour préserver l'enquête même à l?égard de leur ministre de tutelle", a-t-il ajouté.

"UNE ÉQUIPE DE FIEFFÉS MENTEURS"

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a déclaré lundi qu'elle n'était pas au courant de ces écoutes avant leur révélation par la presse mais le Premier ministre a expliqué mardi qu'il était au courant depuis le 26 février, tout comme sa ministre de la Justice.

Il a toutefois précisé que ni Christiane Taubira, ni lui-même, n'étaient au courant de leur contenu.

Le procureur général de Paris, François Falletti, a confirmé mercredi avoir informé la Chancellerie le 26 février mais ajouté que les éléments fournis portaient aussi sur le contenu.

"Il y a eu un rapport d'information qui est remonté auprès de la direction des affaires criminelles et des grâces comme c'est la règle s'agissant des dossiers qui présentent une importance particulière", a-t-il dit sur Europe 1.

Interrogé sur la possibilité que le ministre de l'Intérieur n'ait pas été mis au courant, il a répondu : "Je ne peux pas vous le dire, il faut demander à monsieur Valls."

Face à ce qu'elle considère comme des mensonges du gouvernement, l'UMP demande des explications devant le Parlement.

"Nous sommes en face d'une équipe de fieffés menteurs", a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, mercredi sur RMC et BFM TV.

"Que le Premier ministre viennent s'expliquer", a-t-il ajouté. "On veut savoir qui ment depuis quand sur cette affaire."

"On apprend qu'ils ont été informés depuis le 26 (février), moi je suppose qu'ils l'ont été bien avant", a-t-il poursuivi. "Le ministre de l'Intérieur, contrairement à ce qu'il dit ce matin, est informé."

(Jean-Baptiste Vey, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.