Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande attaque la vraie rentrée après un séminaire raillé

Reuters21/08/2013 à 10:25

LES AUTO-ENTREPRENEURS AU PROGRAMME DU CONSEIL DES MINISTRES DE RENTRÉE

par Julien Ponthus et Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - La rentrée commence sérieusement ce mercredi pour François Hollande avec un conseil des ministres consacré à la réforme du statut d'auto-entrepreneur, prélude à une série d'arbitrages cruciaux sur fond de turbulences persistantes au sein de la majorité.

Après deux semaines de vacances, où François Hollande et Jean-Marc Ayrault se sont relayés pour occuper la scène médiatique, le gouvernement s'était déjà réuni lundi pour un séminaire sur "la France dans 10 ans" raillé par l'opposition et une partie de la gauche.

François Hollande y a promis pour la fin du mois des arbitrages sur la réforme des retraites et le budget 2014, pour lequel sont envisagées six milliards d'euros de hausses d'impôts.

Avec une augmentation de TVA déjà prévue en 2014 et un alourdissement du quotient familial, l'exercice s'annonce délicat et le ministre des Finances, Pierre Moscovici, s'est dit conscient du "ras-le-bol fiscal" d'une partie de l'opinion.

Ce sentiment risque d'être exacerbé par la réforme des retraites, autre sujet brûlant de la rentrée qui fera l'objet d'une rencontre entre le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et les partenaires sociaux en début de semaine prochaine.

La piste d'une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) semble s'imposer pour combler l'essentiel du déficit du régime général d'ici à 2020, date possible du début d'une augmentation de la durée de cotisation.

En dépit du caractère explosif du sujet, objet d'une journée d'action syndicale le 10 septembre, l'Elysée affirme vouloir éviter une "énième" réforme incapable de résoudre les déséquilibres à long terme.

"Si l'on arrive à montrer que la réforme des retraites, c'est le moyen d'intégrer l'ensemble de la problématique de la solidarité inter-générationnelle dans l'ensemble du débat sur la protection sociale, on aura plutôt réussi", juge-t-on dans l'entourage de François Hollande.

LE RETOUR DES "COUACS"

Pour le président de la République, les ennuis politiques proviennent largement de son propre camp.

Près de deux mois après l'éviction de Delphine Batho du gouvernement, François Hollande est confronté à une résurgence des "couacs", dont il s'était débarrassé un temps après avoir averti en mai dans Paris-Match que personne n'était protégé au gouvernement.

La démission forcée en juillet de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho après des critiques sur le budget de son secteur n'aura pas suffi à maintenir le silence dans les rangs du gouvernement.

Jean-Marc Ayrault a ainsi dû intervenir en pleine trêve estivale pour apaiser les tensions entre le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et sa collègue de la Justice Christiane Taubira sur la réforme pénale prévue pour septembre.

Accusé de dérive droitière par une partie de la gauche, Manuel Valls en a irrité plus d'un dans son propre camp en relançant lundi le débat sur le regroupement familial, pilier de la politique migratoire française.

Dans ce concert de dissonances, d'autres ministres tentent de faire entendre leur musique. Les socialistes Stéphane Le Foll et Philippe Martin et les écologistes Cécile Duflot et Pascal Canfin ont, par exemple, signé un texte dans le journal du Dimanche appelant à accélérer la transition écologique.

RASSEMBLER LA GAUCHE

Dans ce turbulent contexte, l'université d'été du Parti socialiste organisée de vendredi à dimanche à La Rochelle court le risque de révéler au grand jour les disputes qui encombrent les couloirs de la majorité.

Au-delà de l'unité du gouvernement, François Hollande doit en effet rassembler la gauche en vue des élections municipales et européennes de 2014.

Le PS a demandé dimanche au Parti communiste français de prendre ses distances avec les "outrances" du leader du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a accusé Manuel Valls d'être contaminé par les idées du Front national.

Les communistes, traditionnels partenaires du PS aux municipales, réclament quant à eux un changement de ligne à François Hollande.

"On ne veut pas l'échec du gouvernement mais il faut un changement de cap, une inflexion", juge Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

Pour le Parti de gauche, tout rapprochement avec le PS semble pour l'heure exclu.

"La politique du gouvernement s'inscrit dans la continuité de celle de l'équipe précédente, il ne mène pas la politique pour laquelle Nicolas Sarkozy a été battu", estime Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche.

Edité par Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.