Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande affirme sa "solidarité" avec les salariés de Florange

Reuters24/02/2012 à 17:15

HOLLANDE "SOLIDAIRE" AVEC LES SALARIÉS DE FLORANGE

par Gilbert Reilhac

FLORANGE, Moselle (Reuters) - Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, est venu vendredi dire sa solidarité avec les salariés d'ArcelorMittal à Florange, en Moselle, entreprise sidérurgique menacée.

La veille, les salariés avaient commencé à bloquer la sortie des expéditions de produits, peu avant la réunion d'un comité d'entreprise qui a officialisé la prolongation de l'arrêt des deux hauts-fourneaux du site.

"Je ne suis pas simplement venu vous dire ma solidarité, je suis venu vous dire ma responsabilité, parce que quand on prétend à la présidence de la République, on doit croire à son industrie, à l'industrie sidérurgique", a déclaré François Hollande au micro, juché sur le toit d'une camionnette des syndicats.

"On va tout faire pour que ce site, ici, puisse se développer, se moderniser, voilà mon message devant vous", a-t-il ajouté devant quelque 200 salariés, les élus locaux, quasiment tous socialistes, et de nombreux journalistes rassemblés à la portière de "l'usine à froid", la partie des installations qui continue à produire.

Interpellé par les syndicats, François Hollande s'est engagé à déposer, avant la fin de la session parlementaire, une proposition de loi permettant à l'Etat d'empêcher la fermeture d'une usine rentable, une idée qu'il avait déjà évoquée en janvier sur le site voisin de Gandrange.

"Quand une grande firme ne veut plus d'une unité de production mais ne veut pas non plus la céder, nous en ferons une obligation", a-t-il dit. "Si cette loi n'est pas votée avant le mois de mai, alors, quel que soit mon avenir, je reprendrai ce texte, parce que je vous le dois", a-t-il ajouté.

Presque à la même heure, de l'autre côté du pays, le candidat-président Nicolas Sarkozy visitait la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, dont il a annoncé le redémarrage temporaire.

"TOUT POUR QUE FLORANGE ROUVRE"

Les syndicats d'ArcelorMittal, qui craignent un arrêt définitif de la filière liquide en Lorraine, souhaitent interpeller les dirigeants politiques à quelques semaines de l'élection présidentielle.

"On fera tout pour que Florange rouvre", avait déclaré Nicolas Sarkozy mardi, lors d'un déplacement en Charente-Maritime.

A l'entrée de l'usine sidérurgique, une main a cependant tracé sur un panneau "Gandrange, faut pas que Sarkommence", allusion à une promesse similaire formulée par le président de la République le 4 avril 2008 à Gandrange où les installations qui avaient été condamnées par l'actionnaire ont pourtant fermé.

Cultivant sa différence avec le président sortant, François Hollande a souligné la nécessité de "tenir parole, parce que c'est cela qui fera la différence au moment du choix, je l'espère, de l'élection présidentielle".

"Il y a les candidats du peuple et il y a les candidats qui prétendent servir le peuple", a-t-il ajouté.

A l'arrivée du candidat socialiste, quelques slogans "Arcelor nationalisation" et "Interdiction des licenciements" ont fusé.

Lors du comité central d'entreprise, qui se déroulait jeudi au siège français du groupe, à La Plaine-Saint-Denis, en région parisienne, la direction d'ArcelorMittal a confirmé le maintien à l'arrêt des deux hauts-fourneaux au deuxième trimestre.

Aucun licenciement n'est prévu, a dit le PDG d'ArcelorMittal France, selon qui l'arrêt temporaire concerne 500 salariés pour lesquels un dispositif d'indemnisation et d'accompagnement a été mis en place.

Avec les baisses de production sur d'autres secteurs de l'usine, ce sont en revanche 2.500 salariés sur environ 5.000 - parmi lesquels 2.000 sous-traitants et intérimaires - qui subissent des mesures de chômage partiel.

François Hollande avait entamé sa journée par une visite, à la Bourse du travail de Paris, aux salariés de Fralib (groupe Unilever), qui fabriquent les infusions Lipton et Elephant et dont les emplois sont menacés.

Avec Elizabeth Pineau à Paris, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.