Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande accuse Sarkozy de chasser sur les terres de Le Pen

Reuters12/02/2012 à 16:44

FRANÇOIS HOLLANDE ACCUSE NICOLAS SARKOZY DE CHASSER SUR LES TERRES DE MARINE LE PEN

par Yves Clarisse

PARIS (Reuters) - François Hollande s'est déclaré dimanche "totalement indifférent" à l'entrée en campagne imminente de Nicolas Sarkozy, qu'il accuse de chasser sur les terres du Front national en tenant un discours de plus en plus marqué à droite.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle a estimé que le président sortant, qui devrait officialiser sa candidature dans les jours qui viennent, a "un peu précipité les choses" puisqu'il envisageait selon lui de le faire en mars.

"Vous savez, ça m'est totalement indifférent parce que rien ne doit me détourner", a déclaré le favori des sondages.

"Donc, qu'il fasse ce que bon lui semble, il a déjà utilisé suffisamment les moyens de l'Etat pour faire campagne jusque-là, s'il veut les utiliser un peu plus, c'est son affaire", a-t-il ajouté lors d'une longue interview sur Canal +.

Des proches du premier cercle présidentiel affirment que Nicolas Sarkozy s'est vu contraint d'accélérer l'allure après avoir longtemps pensé pouvoir annoncer le plus tard possible sa candidature, attendre encore risquant de donner à François Hollande des chances de consolider définitivement ses positions.

Le candidat socialiste estime qu'il aura pour concurrent dans la campagne un président sortant qui a ces derniers jours considérablement "droitisé" son discours pour tenter de récupérer une partie des électeurs du Front national.

"Les termes qui ont été utilisés, les mots qu'il a employés, effectivement laissent penser qu'il veut aller chercher les électeurs qui aujourd'hui se présenteraient plutôt pour aller vers Marine Le Pen", a-t-il estimé.

"Ça fait sans doute partie de sa tactique mais ça fait du mal à la société", a-t-il ajouté. "Le rôle d'un président, même jusqu'au bout, même candidat, c'est de rassembler le pays, c'est de l'élever, c'est d'éviter les stigmatisations, c'est de ne pas jouer avec les peurs."

PAS DE DROITISATION, SELON BESSON

Dans une interview au Figaro Magazine, Nicolas Sarkozy envisage de soumettre à référendum un nouveau système d'indemnisation des chômeurs et une nouvelle organisation des droits des étrangers, deux propositions qui ont déchaîné un tollé dans l'opposition mais aussi dans la droite modérée.

"Travail, responsabilité, autorité, je me reconnais plus que jamais dans ce triptyque!" dit-il dans cet entretien sur ses "valeurs pour la France -travail, éducation, famille, laïcité".

Autres gages donnés à l'électorat de droite, il y réaffirme son opposition au mariage des homosexuels, à l'adoption par des couples homosexuels et à la légalisation de l'euthanasie.

Ancien proche de François Hollande, le ministre de l'Industrie Eric Besson, passé du PS à l'UMP en 2007, s'est inscrit en faux contre l'idée que Nicolas Sarkozy chasserait désormais sur les terres du Front national, dont la candidate n'est qu'à quelques points de Nicolas Sarkozy.

"Sur les sujets dits régaliens, je suis frappé par le fait qu'un ancrage républicain soit perçu comme une droitisation. Travail, responsabilité, autorité, tous les républicains doivent pouvoir s'y retrouver", a-t-il dit lors de l'émission Le Grand Rendez-vous Europe 1/i>TELE/Le Parisien.

"Arrêtons cette hypocrisie, il n'y a pas d'électeurs du Front national, il y a des électeurs qui, un jour, ont pu voter Front national et que tous les républicains devraient se préoccuper de ramener dans un vote que nous considérons comme républicain", a-t-il ajouté. "Chaque fois que c'est Nicolas Sarkozy qui pense à ces Français, il est suspecté (...) de braconner sur les terres du Front national."

En outre, a-t-il ajouté, l'organisation de référendums sur le statut des chômeurs ou les droits des immigrés n'est qu'un "dernier recours" si le Parlement refuse.

Mais Eric Besson admet que, s'agissant de modifications de la Constitution, il y a "peu de chances" que la barre des trois cinquièmes des députés et sénateurs réunis en Congrès soit atteinte, d'où la solution du référendum.

Pour cet ancien socialiste, "tout le monde considère que c'est son entrée en campagne qui signera vraiment le début de l'élection présidentielle et j'en conclus une chose, c'est ce que ceux qui font des pronostics sur 'le match est plié', visiblement ont un peu peur de son entrée en campagne".

Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.