Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hollande a la passion des commissions

Le Parisien09/07/2014 à 11:14

Hollande a la passion des commissions

« L'État est jugé trop lourd, trop lent, trop cher. Il est vrai que son organisation apparaît de plus en plus mystérieuse avec ses agences, ses opérateurs, ses autorités », clamait le 7 janvier le président, bien décidé à mettre les administrations au régime sec, au nom de la chasse au gaspi et des 50 milliards d'économies à trouver. Ce qui ne l'a pas empêché, tout comme Manuel Valls, d'allonger la liste déjà interminable des comités dits Théodule, lors de la grand-messe sociale qui s'est achevée mardi. Trois nouvelles commissions, à l'intitulé un brin obscur, ont été présentées aux partenaires sociaux : un « groupe d'évaluation des négociations » du pacte de responsabilité, un « comité d'évaluation des aides publiques » au patronat et un « observatoire des rémunérations ».

Des structures provisoires, afin de nourrir le dialogue social, insiste Thierry Mandon. « Le problème, c'est quand les choses commencent à s'installer », explique le Monsieur Simplification du gouvernement, qui est « en train de recenser tout ce qu'il y a comme trucs et comme machins pérennes ».

La «commission des téléphériques» ou l'«observatoire des contreparties»

Les gouvernements Fillon et Ayrault ont déjà fait un grand ménage dans les commissions, hauts comités et autres observatoires inutiles ou redondants : 225 ont été dynamités d'un coup en 2009, 51 autres enterrés en 2010, 48 en 2011 et 132 depuis 2012 selon les calculs du député UMP Lionel Tardy, dont c'est l'un des combats. Ont ainsi été liquidés la sublime « commission consultative relative à la réception des betteraves dans les sucreries et distilleries », l'étrange « observatoire des distorsions » ou la bien nommée « commission des addictions ». Las, depuis 2012, le gouvernement, tels les Shadoks, n'a pu résister à la tentation d'en créer d'autres en parallèle, dont la sympathique « commission des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JOG58
    09 juillet13:36

    he ben oui, on supprime une commission et on en recrée 5. Il faut bien gaver tous les copains et Dieu si au PS c'est une seconde nature. La simplification, l'ENA connait pas, ne sait faire que des modes opératoires tordus comme tous les incompétents qui sortent de ce système.Le problème c'est le contribuable qui paie, le pays qui s'affaiblit donc urgence à virer tout ce joli monde

    Signaler un abus

  • coco123
    09 juillet09:53

    des lunettes danoises merci pour consommer français maintenant on lui a offert le mème modèle frabrication française gratuit depuis l usine nantaise .que d économie mr nor male

    Signaler un abus

  • 11881561
    09 juillet09:52

    CELA PERMET DE GAVER LES POTES !!!

    Signaler un abus

  • mlaure13
    09 juillet09:43

    Ben oui...de commissions en commissions, il ne se passe RIEN...et il est pénard, dans son fauteuil, sous les ORS de la république bananière !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.