Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

HLM en bois et paille : une première dans les Vosges

RelaxNews 10/07/2013 à 15:36

AFP PHOTO / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

(AFP) - "C'est la maison des trois petits cochons, construite avec du bois, de la paille et de la tuile. Et pourtant, elle est solide", sourit l'architecte d'un immeuble HLM de huit étages, dans les Vosges, le plus haut jamais construit avec ces matériaux et qui ne craint ni le grand méchant loup ni les incendies...

Si le procédé n'est pas nouveau, il est inédit à cette échelle. La construction bois et paille était jusqu'alors réservée à des bâtiments bas, "maximum trois ou quatre étages", indique le directeur du Toit vosgien, un bailleur social installé à Saint-Dié, à l'initiative du projet.

Pour ce double bâtiment labellisé "éco construction" et ultra basse consommation, le chantier ne doit durer que douze mois, grâce à un système de préfabrication de 700 caissons en bois, dans lesquels la paille est hermétiquement enfermée, et qui sont empilés pour constituer les façades.

"Les avantages des constructions bois sont désormais bien connus: ça n'est pas plus cher, ça réagit mieux aux secousses sismiques, alors que nous sommes ici sur une faille, et ça permet un chantier plus propre", souligne le directeur du Toit vosgien, Jean-Marc Gremmel.

La paille, "un matériau indéfiniment renouvelable, et ce intégralement chaque année", constitue un excellent isolant, explique l'architecte, Antoine Pagnoux.

Mais quid de l'incendie? "Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le bois comme la paille carbonisent, et le charbon devient un isolant. Du coup, les deux vont mieux résister au feu", selon l'architecte, qui vante par ailleurs un chantier "propre et rapide", sans temps de séchage.

Une technique prometteuse

La technique, prometteuse, a pris son essor après des premiers tests réalisés en 2004, qui ont permis la construction de bâtiments recevant du public dès 2006.

En 2009, de nouvelles études concernant la résistance au feu réalisées par le Centre scientifique et technique du bâtiment avaient convaincu la commune d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) de construire un vaste groupe scolaire, mais de seulement deux étages.

L'établissement de règles professionnelles validées par l'Agence Qualité Construction (AQC) a fini d'ouvrir la porte des assurances et garanties décennales aux constructeurs. En France, on estime désormais le nombre de maisons paille à 3.000, dont 700 bâtiments.

"La seule difficulté, c'est qu'il faut travailler longtemps en amont, avec des gens compétents. Nous voulions faire simple et reproductible. Pour l'instant, c'est réussi", s'enthousiasme l'architecte, qui doit livrer les 26 logements T3 et T4 pour décembre.

L'autre exploit de cette résidence tiendra dans ses performances énergétiques: là où les locataires d'un logement social construit dans les années 70 paient parfois jusqu'à 150 euros par mois pour le seul chauffage, le bailleur social promet des charges mensuelles de... 10 à 15 euros.

"En plus de la pompe à chaleur et des capteurs solaires thermiques, on essaye de récupérer un maximum de calories sur l'extraction d'air et les évacuations d'eau, ce qui permet au locataire d'avoir un niveau de charges très, très faible", résume l'architecte, qui a choisi un bardage tuile, "peu cher, esthétique, très isolant et facile d'entretien".

Dans cet immeuble dont les toits seront recouverts de panneaux photovoltaïques et dont les logements sont tous exposés plein sud, les douches auront un bouton poussoir pour limiter la consommation d'eau. Un écran de contrôle de toutes les énergies sera présent dans chaque foyer, un four basse consommation et des plaques à induction seront en série et l'ascenseur sera "à récupération d'énergie".

"Le bilan de la construction est positif de 1.100 tonnes de CO2. À titre de comparaison, une construction du même bâtiment en solution béton et polystyrène, ce serait un bilan négatif de 600 tonnes de CO2", assure Jean-Marc Gremmel. Il affirme avoir déjà reçu la visite de plusieurs constructeurs, et "réfléchit" à de futurs bâtiments similaires.

pab/mct/fm/spi

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.