1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hillary Clinton réplique à Jeb Bush sur l'Irak
Reuters15/08/2015 à 22:32

DES MOINES, Iowa, 15 août (Reuters) - Accusée cette semaine par le républicain Jeb Bush d'avoir contribué à l'émergence de l'Etat islamique en se désintéressant du dossier irakien lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine, Hillary Clinton a répliqué samedi en renvoyant l'ex-gouverneur de Floride au bilan de son frère, George W. Bush. Celle qui fut secrétaire d'Etat de l'administration américaine sous le premier mandat de Barack Obama (2009-2013) a rappelé que c'est le frère du candidat républicain qui avait signé avec le Premier ministre irakien de l'époque, Nouri al Maliki, un accord sur le retrait des forces américaines. "Je trouve quelque peu curieux que Jeb Bush double la mise en défendant les actions de son frère en Irak", a-t-elle dit lors d'un point de presse en campagne dans l'Iowa. "Mais s'il veut faire cela, il devrait donner une image complète de la situation. Et cette image complète, ainsi que vous le savez, comprend l'accord que George W. Bush a passé avec le gouvernement Maliki en Irak qui a fixé la fin 2011 comme la date du retrait des troupes américaines", a poursuivi Clinton. Jeb Bush, candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de 2016, a affirmé mardi qu'Hillary Clinton s'était désintéressée de la question irakienne et lui a reproché ainsi qu'à Obama de ne pas avoir su profiter du tournant stratégique de 2007, lorsque son frère, George W. Bush, avait ordonné un accroissement de la présence militaire en Irak (le "surge", ou sursaut). (voir ID:nL5N10N0XV ) Clinton, qui brigue pour sa part l'investiture démocrate, a rétorqué qu'au contraire, l'administration Obama avait travaillé "pour persuader le gouvernement Maliki d'autoriser la poursuite d'un soutien américain à l'armée irakienne". "Maliki, a-t-elle ajouté, ne voulait pas d'un maintien de la présence américaine." (Amanda Becker; Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer