Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hevrin Khalaf, militante kurde de la paix
Le Point29/10/2019 à 20:32

C'était la première fois qu'elle se rendait sur place. Ce jour de septembre 2018, elle surgit d'un 4X4 noir, accompagnée d'un collaborateur et se plante face aux tribunes. Vêtue d'un chemisier fleuri, une chaînette dorée autour du cou, elle découvre alors le stade de Raqqa, transformé en centre de torture géant sous le règne de Daech. Un an plus tôt, les Kurdes, regroupés au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont libéré la capitale du califat.Hevrin Khalaf, 34 ans, balaye du regard les gradins criblés d'impacts de balles, la toiture métallique arrachée, les projecteurs brisés. « Il faut le remettre en service, dit-elle. Pour les jeunes, c'est important. Sinon, ils restent chez eux et tombent dans de mauvaises mains. » « Oui, on va commencer par le toit, mais on ne fera jamais venir le PSG », sourit son adjoint.Des vestiaires transformés en geôlesLa politicienne kurde, titulaire d'un diplôme d'ingénieur et responsable du tout nouveau parti Avenir de la Syrie, fixe une entrée plongée dans la pénombre : les vestiaires. Le lieu où s'entassaient les prisonniers de l'État islamique. Elle hésite, craignant encore la présence de mines. Puis elle se décide. Et la voilà qui se lance dans les sous-sols, au milieu des gravats, chaussée de ses talons. Elle passe en silence devant une enfilade de pièces. Des cellules parfois équipées de deux rangées de grilles et des salles percées d'ouvertures, toujours envahies de sacs de...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer