1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Héritage de Johnny : l'affaire familiale devient cause patriotique
Le Monde31/03/2018 à 06:40

A l'audience sur l'héritage de Johnny Hallyday, au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 30 mars.

David Hallyday et Laura Smet contestent les dispositions qui les excluent de la succession de leur père en vertu du droit californien. Délibéré le 13 avril.

Le fond, on le connaît, personne n'a pu y échapper. David Hallyday et Laura Smet, les deux premiers enfants de Johnny Hallyday, contestent les dispositions testamentaires prises par leur père qui les excluent de sa succession et désignent comme seule bénéficiaire son épouse Laëtitia. Le tout en vertu du droit californien qui permet de disposer librement de ses biens et de les donner à qui bon lui semble, contrairement à notre code civil si attaché à la défense de la famille et à la transmission du patrimoine.

La bataille, engagée à la fois sur le front médiatique et juridique, a connu, vendredi 30 mars, son deuxième round devant le tribunal de grande instance de Nanterre, après un faux départ le 15 mars. Il n'est pour l'heure question que d'une procédure en urgence - le référé - destinée à convaincre le tribunal de prendre des mesures conservatoires afin de retarder d'une part la sortie de l'album posthume de Johnny Hallyday sur lequel ses deux aînés revendiquent un droit de regard et de geler, d'autre part, toute opération concernant ses biens immobiliers situés sur le territoire national, une résidence à Marnes-la-Coquette et l'autre à Saint-Barthélemy.

« Douleur intense » d'une fille et d'un fils La première scène fut cocasse. A Nanterre, une fois franchi le mur de caméras, de micros et d'objectifs qui les attendaient, les avocats des deux parties ont dû en affronter un second, composé des robes noires d'avocats, de greffiers et de magistrats, résolus à profiter de l'a...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1175512
    31 mars12:05

    Je suis assez étonné du silence du fisc dans cette affaire car lui aussi a des choses à dire et réclamer. Car la résidence fiscale est considérée en France si votre activité principale s'effectue en France (en cas d'activités multiples, il s'agit de celle qui mobilise le plus de temps effectif ou qui crée l'essentiel de vos revenus) ;Sauf erreur de ma part, Johnny tirait l'essentiel de ses revenus de la vente de disques en France et pas en Californie, non ???

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer