1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Harmonisation des notes du bac : «On finit par surnoter pour être tranquille»
Le Parisien22/06/2019 à 14:54

Harmonisation des notes du bac : «On finit par surnoter pour être tranquille»

Encore dépité, il décrit un « sketch ». Sur Twitter, un ancien professeur de français a provoqué près de 7000 réactions en racontant jeudi, d'un ton acerbe, la façon dont on aurait poussé son groupe de correcteurs du baccalauréat à améliorer artificiellement les notes de leurs copies il y a une dizaine d'années.Le succès de son « thread » n'est guère étonnant : année après année, l'harmonisation des notes de l'examen est l'objet de critiques objectives, mais aussi parfois fantasmées. Plutôt que son principe, elles visent principalement les directives guidant ce processus. Elles inciteraient, selon ses détracteurs, les correcteurs à surnoter les copies médiocres, sous couvert de « bienveillance ». Pour tous ceux qui ont passé l'épreuve anticipée de français au bac, qui stressent beaucoup, et pour les autres : petit thread sur la manière dont l'État nous demande de noter, avec ce petit sketch vécu par moi-même...— Laurent Nunez (@LaurentNunez) June 20, 2019Mais à quel point ? Une certitude : avant même de se munir de leur stylo rouge, ils doivent se présenter à ce qu'on appelle une « réunion d'entente ». En clair... Un cours de correction ! Les enseignants y sont notamment invités à évaluer des copies d'élèves. Et ceux qui notent le plus durement doivent se justifier devant tous les autres.« Soupçon latent »Des inspecteurs ou, à défaut, des professeurs « chargés de mission » passent ensuite leurs consignes. « L'idée, c'est de ne pas hésiter à valoriser le travail des élèves, relève Louise*, jeune prof de français dans un lycée privé parisien. Si une copie est bonne, on peut facilement dépasser les 15/20. Et si elle est mauvaise, voire catastrophique, on va chercher de petits motifs de satisfaction, comme la simple existence d'une problématique et d'un plan... »Mais le cœur des critiques cible le moment où les correcteurs se retrouvent pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • JMH01
    22 juin12:14

    M'étonne pas qu'il y ai autant de chômage!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer