1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Handball - Euro 2016 : retrouver la flamme pour éviter l'incendie

Le Point21/01/2016 à 10:35

Battus par la Pologne mardi soir, le faux pas est interdit pour les Bleus lors des trois prochains matches (Biélorussie, Croatie, Norvège).

Ça a été un conciliabule très nocturne à l'hôtel Hilton de Cracovie. Passé minuit, de retour au calme après avoir subi la fureur polonaise dans la Tauron Arena (31-25) ? « une pétaudière » pour Claude Onesta ?, le sélectionneur français et son adjoint Didier Dinart se sont enfermés pour trouver une solution à la trop faible intensité du jeu français dans les trois premiers matches de l'Euro.

Victoire contre la Macédoine puis la Serbie, mais large défaite contre la Pologne, ce qui signifie que le faux pas est interdit lors des trois prochains matches (Biélorussie, Croatie, Norvège) pour atteindre les demi-finales. « On est en réglage permanent, ce qui nous a empêchés de trouver le bon rythme à l'entraînement, regrette Onesta. On n'augmente l'investissement en match que si l'on est investi au quotidien. C'est la question que je me pose depuis six mois : les joueurs sont-ils capables de se mettre dans cet état tous les jours ? »

Fatigue, blessures et forfaits

Depuis son domicile toulousain, le sélectionneur s'est inquiété en amont de l'Euro du temps de jeu très élevé de plusieurs joueurs, notamment ceux du PSG et de Montpellier, engagés en Ligue des champions, et qui forment les deux tiers de l'effectif. Il justifie ainsi l'utilisation plus que parcimonieuse de Daniel Narcisse, capitaine à l'ouvrage deux fois par semaine avec le club parisien, mais seul joueur non utilisé contre la...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer