Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Hamon regrette l'abandon du débat de France 2

Reuters05/04/2017 à 23:09

HAMON REGRETTE L'ABANDON DU DÉBAT DE FRANCE 2

NANCY (Reuters) - Benoît Hamon a regretté mercredi à Nancy l'annulation d'un ultime débat entre les candidats à l'élection présidentielle le 20 avril et dénoncé l'attitude de Jean-Luc Mélenchon et d'Emmanuel Macron, qui ont refusé par avance d'y participer.

A la peine dans les sondages qui le créditent d'un peu moins de 10% des voix à dix-huit jours du premier tour, le candidat socialiste a mis en avant le nombre d'indécis et l'appétit qu'ont les Français pour ces débats télévisés pour dénoncer ceux qui ont ainsi voulu se "soustraire à la démocratie".

"Je regrette d'apprendre ce soir que le service public a cédé à la pression de deux candidats pour ne pas organiser un second débat", a-t-il dit devant environ 3.000 personnes réunies au Zénith, dont l'ex-ministre écologiste du Logement Cécile Duflot et le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert.

"Il y a de l'indécision, on dit qu'un électeur sur deux ne sait pas encore le choix qu'il va faire le 23 (avril, jour du premier tour)", a ajouté le député de Paris pour justifier un exercice qui aide à "faire connaître les programmes".

Lâché par une partie des élus socialistes, dont l'ancien Premier ministre Manuel Valls, au profit d'Emmanuel Macron, Benoît Hamon a multiplié les comparaisons entre le programme de ce dernier et celui de François Fillon, pour appeler les électeurs de gauche à la mobilisation.

"Votez pour le projet qui vous fait du bien", a lancé à ses troupes le candidat du "futur désirable".

PRÉCURSEUR

L'ancien ministre de l'Education, débarqué du gouvernement de Manuel Valls en août 2014 pour cause de divergence sur la politique économique du gouvernement, a tenté d'expliquer le manque d'écho de ses propositions dans l'opinion par le "court-termisme" qui domine selon lui la campagne.

"Ce temps-là, ce n'est pas le temps de la politique, c'est le temps des affaires", a-t-il affirmé en expliquant pourquoi ses projets de démocratisation de la zone euro, de revenu universel d'existence ou de taxation des robots font de lui un précurseur et non le "rêveur" qu'on l'accuse d'être, jusqu'au sein de son parti.

"Heureusement qu'en 1945, au moment où le pays était ruiné (...) il y a eu des rêveurs (le Conseil national de la Résistance) qui ont fait la Sécurité sociale. Et on me dit que ce qui était possible avec la Sécurité sociale en 45 dans un pays ruiné ne le serait plus avec le revenu universel d'existence dans une France dix, quinze fois plus riche ?", s'est-il exclamé.

Revendiquant sa volonté de "penser le modèle social à venir pour les nouvelles générations", il a dénoncé, par contraste, le programme de François Fillon qui créerait selon lui, 1,5 million de chômeurs de plus par allongement de l'âge de la retraite et la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires.

Il a rappelé qu'Emmanuel Macron prévoyait lui-même d'en faire disparaître 120.000.

"François Fillon et Emmanuel Macron sont les candidats préférés des entrepreneurs", a-t-affirmé.

Le candidat a toutefois réservé sa plus sévère mise en garde aux électeurs tentés de donner leurs suffrages à la présidente du Front national Marine Le Pen en rappelant que les partis d'extrême-droite parvenus au pouvoir ne l'avaient jamais "rendu démocratiquement".

"Ce pouvoir-là (le droit de vote), s'ils le donnent à Marine Le Pen, ils le perdent définitivement", a-t-il averti.

(Gilbert Reilhac, édité par Jean-Stéphane Brosse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • charleco
    06 avril09:42

    Ces débats n'apportent rien, la preuve, les commentateurs portent aux nues Poutou et Mélenchon!

    Signaler un abus

  • aiki41
    06 avril06:32

    Je ne comprends pas cette annulation. Il faut la maintenir, tant pis pour JLM et EM. Je suppose que s'ils avaient été d'accord et pas l'un des "petits" candidats, le débat aurait été maintenu.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.