Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Guinée-Bissau : le président José Mario Vaz brouille le jeu
Le Point29/10/2019 à 17:53

Tout s'est joué très vite entre lundi et mardi. Le président de Guinée-Bissau José Mario Vaz a d'abord annoncé lundi le limogeage avec effet immédiat du gouvernement en place alors que le pays se prépare pour la présidentielle qui doit se tenir fin novembre. Le lendemain, mardi, le chef de l'État a nommé l'ancien Premier ministre et ex-ministre des Affaires étrangères Faustino Imbali comme chef du gouvernement. Ce décret est le dernier épisode en date d'une confrontation de plusieurs mois entre José Mario Vaz et son Premier ministre Aristides Gomes.Lire aussi Domingos Simões Pereira : « Les acteurs politiques doivent respecter les règles du jeu »Lire aussi La Guinée-Bissau vote pour retrouver la stabilité politiqueBras de fer entre Vaz et GomesTout a commencé la semaine dernière lorsque Aristides Gomes dénonçait un projet de coup d'État. « Un coup d'État est en préparation pour arrêter le processus de préparation de l'élection présidentielle du 24 novembre », avait déclaré sur sa page Facebook ce dernier, qui est également membre de la première formation parlementaire, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). Dans son viseur, l'ex-Premier ministre Umaro Sissoco Embalo, candidat à la présidentielle du Mouvement pour l'alternance démocratique (Madem), formé par des frondeurs du PAIGC. Celui qui était jusqu'alors Premier ministre affirmait détenir des « preuves matérielles » qui...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer