Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Guillaume Garot exclut un recours devant l'OMC sur le foie gras

Reuters23/07/2012 à 19:36

LA FRANCE EXCLUT UN RECOURS DEVANT L'OMC SUR LE FOIE GRAS

par Jean Décotte

SAMATAN, Gers (Reuters) - Le ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot a exclu lundi un recours devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) concernant l'interdiction du foie gras en Californie, disant vouloir privilégier un "travail de conviction" et un soutien de la filière à l'export.

Grâce à une loi votée en 2004 à l'initiative d'associations opposées au gavage des oies et canards, les autorités californiennes ont interdit à compter du 1er juillet 2012 la production et la commercialisation du foie gras dans l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis.

Face à l'inquiétude des professionnels, le gouvernement français a indiqué au début du mois examiner "les aspects juridiques et les suites à donner à cette décision".

"Est-ce la bonne décision de recourir à l'OMC ? Je considère que ce n'est pas la bonne solution", a déclaré Guillaume Garot à l'occasion d'une table ronde organisée à la préfecture du Gers en présence d'élus et de représentants de la filière.

"Si nous déposions un recours, nous risquerions de le perdre et d'avoir des mesures de rétorsion moyennement agréables. On ne peut pas se situer sur le plan juridique."

Il a jugé "quasiment impossible" d'obtenir une décision favorable de l'OMC, soulignant que les exportations françaises de foie gras vers la Californie étaient aujourd'hui inexistantes, ce qui empêche de faire état d'un préjudice.

"Si on perd le recours, on donne des arguments aux opposants (...) Je ne mènerai pas cette bataille. Ce serait se tirer une balle dans le pied."

"PETIT BOUT DE FRANCE"

Parlant de l'interdiction californienne comme d'un "signal d'alerte", le ministre a insisté sur la nécessité de soutenir un secteur qui représente quelque 35.000 emplois directs et 100.000 emplois indirects en France.

"Il faut éviter que cette décision en Californie ne fasse tache d'huile", a-t-il jugé, mettant en avant trois pistes de travail au sein de la filière.

Il a préconisé de "convaincre les Américains qu'ils font fausse route" et de mener aussi ce "travail de conviction" en Europe, notamment auprès des Britanniques et des Allemands.

Avec 90% de la production française consommée en France, le ministre a souligné la forte marge de développement vers l'international et a prôné un soutien à l'exportation en aidant la filière s'adapter aux spécificités culinaires locales, notamment sur les marchés asiatiques.

Enfin, il a dit vouloir mettre en avant "les bienfaits du foie gras" sur la santé, afin de modifier l'image de ce mets décrié par ceux qui, comme il l'a rappelé, assimilent les gaveurs de volailles à des "tortionnaires".

À l'issue de la table ronde, Guillaume Garot s'est engagé à dresser un inventaire des barrières sanitaires qui freinent le foie gras à l'export. Il a dit aussi vouloir assurer sa visibilité en Russie et en Chine, via une présence sur les salons agroalimentaires de ces deux grands marchés potentiels.

Dans la matinée, le ministre délégué à l'Agroalimentaire a visité une usine de conditionnement de foie gras à Samatan, dans le Gers, où il s'est dit décidé à se "battre pour défendre la filière".

"Je lève mon verre à la défense du foie gras. Il y a des batailles à mener. C'est un petit bout de France qu'il faut aller vendre un peu partout", a-t-il lancé au cours d'une dégustation.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.