Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Guaino revendique devant la justice son "droit à l'indignation"

Reuters22/10/2014 à 21:54

PARIS, 22 octobre (Reuters) - Henri Guaino, poursuivi pour des propos tenus en 2013 après la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, a fustigé mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris un "procès fait à la représentation nationale". En mars 2013, le député UMP avait accusé le juge Jean-Michel Gentil, l'un des trois magistrats instructeurs chargés de ce dossier, d'avoir "déshonoré la justice" et "sali la France" en mettant l'ex-chef de l'Etat en examen pour "abus de faiblesse". Nicolas Sarkozy a par la suite bénéficié d'un non-lieu. Ses propos avaient suscité l'indignation de l'Union nationale des magistrats (USM), majoritaire dans la profession, qui les avait signalés au parquet de Paris. "Je n'ai pas le sentiment aujourd'hui d'être convoqué pour un procès comme les autres", a déclaré mercredi Henri Guaino, qui était cité à comparaître pour outrage à magistrat et discrédit porté sur une décision de justice. "L'homme politique a droit à une certaine exagération et même à une provocation (...) j'ai exprimé une indignation, j'estime avoir dans mon pays un droit imprescriptible à cette indignation", a ajouté l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy. "C'est un procès fait à la représentation nationale", a-t-il conclu, promettant d'aller jusque devant la Cour européenne des droits de l'homme si besoin. Le ministère public a requis sa condamnation à une amende "de l'ordre de 3.000 euros." Le tribunal rendra sa décision le 27 novembre prochain. "LIBERTÉ D'EXPRESSION" Une vingtaine de députés UMP parmi lesquels Jacques Myard, David Douillet et Georges Fenech étaient venus lui apporter leur soutien. "Je suis là pour la liberté d'expression du parlementaire qui est un signe de bonne démocratie", a expliqué avant l'audience Georges Fenech, magistrat de formation. La Constitution protège l'expression de l'opinion du parlementaire "dans l'exercice de ses fonctions." Mais pour Henri Guaino, qui revendique ses propos et estime que l'histoire lui a donné raison, Nicolas Sarkozy ayant bénéficié d'un non-lieu, la limitation de cette protection à ce qui est dit dans l'hémicycle n'est pas conforme "aux moeurs de notre époque." Le député des Yvelines s'est par ailleurs étonné d'être le seul poursuivi, alors que 107 parlementaires ont tenu des propos similaires dans une lettre ouverte au procureur de Paris. "Comme c'est un parlementaire de talent, sa voix porte davantage", a répliqué le procureur. "Ses propos n'en font que plus de dégâts." L'un des avocats du juge Jean-Michel Gentil, Me Léon Lef Forster, a rappelé que son client, qui demande 100.000 euros de dommages et intérêts, avait reçu des menaces peu de temps après les propos de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. "Monsieur Guaino n'est pas en cause mais c'est une atmosphère", a-t-il dit. "Les atmosphères se construisent". Henri Guaino encourt six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende pour discrédit sur une décision juridictionnelle et un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende pour outrage à magistrat. Depuis son retour en politique, Nicolas Sarkozy, dont le nom ou celui de ses proches est associé à huit affaires en cours d'instruction, répète à l'envi qu'il est l'objet d'une cabale, se réjouissant, sur le ton de l'ironie, de donner tant de travail à la justice. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7403983
    22 octobre20:09

    Indignez-vous qu'il disait l'excité des "ESSEL" !!!!

    Signaler un abus

  • LeRaleur
    22 octobre20:03

    Il a fondamentalement raison. Personne ne peut aller contre toute forme d'indignation.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.