1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grève du 5 décembre : pourquoi les profs sont très mobilisés
Le Parisien03/12/2019 à 09:24

Grève du 5 décembre : pourquoi les profs sont très mobilisés

« Attendons d'avoir les paramètres de la réforme pour faire des simulations ! », supplie-t-on au ministère de l'Education nationale. Las, les simulateurs en ligne fonctionnent à plein régime depuis quelques jours dans les salles des profs. Ils ont achevé de convaincre nombre d'enseignants de rejoindre le cortège des opposants à la réforme des retraites, ce jeudi 5 décembre, épouvantés qu'ils sont par l'éventualité d'une baisse drastique de leurs pensions.Hervé (le prénom a été modifié), 53 ans, professeur en lycée après un début de carrière comme instituteur, craint de perdre « 500 euros de retraite ». Il sera en grève jeudi, comme la moitié des professeurs de son établissement, le lycée Victor-Duruy, dans le chic VIIe arrondissement parisien. Au lycée Arago de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), des petits papiers ont fleuri sur la moitié des casiers des enseignants, la semaine dernière. Leur message : « en grève le 5 ».«On sait qu'on va perdre de l'argent»Selon les prévisions des principales organisations syndicales, le taux d'absents dans les collèges et les lycées pourrait avoisiner les 60 % jeudi. Dans le primaire, où s'empilent les colères depuis de longs mois, plus d'une école sur trois pourrait rester fermée. Une mobilisation particulièrement forte, à la hauteur d'une inquiétude palpable dans les salles des profs.« On fait un métier avec déjà peu de reconnaissance sociale, pas bien rémunéré, et maintenant, la perspective, c'est de se retrouver avec une retraite inférieure à notre salaire de début de carrière ! » s'insurge Marie-Hélène Plard, enseignante à l'Ile-Saint-Denis et porte-parole du syndicat Snuipp en Seine-Saint-Denis. Dans ce département, le taux de gréviste culmine à 82 % « et la question d'une reconduction dès ce vendredi se pose très sérieusement dans plusieurs écoles », remarque-t-elle.« On ne peut pas accepter cette réforme : on ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer