1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grève contre la réforme des retraites : Macron s'efforce de ne pas s'enliser
Le Parisien05/12/2019 à 19:30

Grève contre la réforme des retraites : Macron s'efforce de ne pas s'enliser

Dès la place de la Madeleine (Paris VIIIe), la circulation est bloquée, les identités contrôlées et les sacs fouillés. A quelques encablures, aux abords du Grand Palais, les blindés bleus des gendarmes ceinturent les accès vers l'avenue des Champs-Elysées. Et partout, des barrières métalliques. En ce jeudi, jour de grève générale et de mobilisation contre la réforme des retraites, le quartier du Palais de l'Elysée est littéralement bouclé par les forces de l'ordre. Comme sous cloche, bunkérisé, alors qu'au même moment Emmanuel Macron réunit le Conseil des ministres.Pas encore de chiffres stabilisés, mais dans ce huis clos, le Premier ministre présente les premières estimations de la mobilisation, plus forte qu'attendue. A ses troupes, il donne le sentiment qu'il veut accélérer les choses, avancer. « Lundi et mardi, on essaie de tout éteindre. Il ne faut pas que ça dure au-delà », confie un ministre à la sortie. Emmanuel Macron, lui, redonne la philosophie générale de la réforme. « Il a redit à quel point il était déterminé », complète un conseiller ministériel. Un participant résume ainsi le message : « Il faut entendre les gens, ne pas sous-estimer la mobilisation, mais rester sereins sur nos orientations. »« Le jour J, ce n'est pas une guerre »En écho, l'entourage du président s'en tient à le décrire « calme » et « déterminé ». Non, jure-t-on encore : aucun « dispositif » ou « task force » particuliers, pas « de comptage minute par minute » du nombre de manifestants qui défilent aujourd'hui non plus. Mais le chef de l'Etat se tient tout de même informé, via les remontées du ministère de l'Intérieur. Et nul doute qu'il surveille de près l'évolution de ce mouvement social. Les multiples réunions de calage du début de semaine, comme le dîner (initialement programmé ce jeudi soir et reporté) prévu lundi prochain par Emmanuel Macron à l'Elysée, avec sa garde ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer