1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grève chez les pompiers : «Oui, notre maison brûle vraiment !», estime Patrick Septiers
Le Parisien22/09/2019 à 11:53

Grève chez les pompiers : «Oui, notre maison brûle vraiment !», estime Patrick Septiers

Patrick Septiers, président du Département de Seine-et-Marne« Notre maison brûle », mais qui viendra à son secours ? Alors que les sapeurs-pompiers ont engagé un mouvement de grève depuis trois mois, le ministère de l'Intérieur reste muet. Seules les institutions territoriales, départements, Conférence nationale des services d'incendie et de secours (CNSIS) ont prêté attention à ce mouvement.Dans notre pays, si l'organisation des sapeurs-pompiers relève des préfets, ce sont les départements et les communes qui les financent. Si le gouvernement donnait satisfaction aux revendications financières des sapeurs-pompiers, ce serait aux conseils départementaux (principaux financeurs) et les communes de payer.Or, l'Etat interdit aux premiers d'augmenter leurs dépenses de fonctionnement au-delà de 1,2 % par an. Quant aux secondes, elles disposent de marges de manœuvre minimes. La seule augmentation de la prime de feu aurait pour conséquence une charge nouvelle de 3,6 millions d'euros dans un département francilien comme la Seine-et-Marne ou de 500 000 euros pour un territoire rural comme l'Yonne.Le gouvernement sait combien il fait déjà peser sur les collectivités départementales des charges asphyxiantes : le revenu de solidarité active (RSA), l'aide personnalisée d'autonomie (APA) ou l'accueil des mineurs étrangers non accompagnés (MNA)... Cependant la réponse n'est-elle que d'ordre salarial ? Probablement pas. Pas plus qu'elle ne se trouve dans des demandes de créations de postes.Les sapeurs-pompiers sont exaspérés d'être confrontés quotidiennement à des missions qui pèsent de manière indue sur leur charge de travail et, par ricochet, grèvent les finances des collectivités.Les sapeurs-pompiers -- y compris les volontaires -- sont dotés d'une solide formation. Et de compétences pointues en matière de secourisme. Ils sont capables d'intervenir en cas d'accidents nucléaires, d'attentats... ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer