1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grève à Carrefour : à Epinay-sur-Orge, les salariés ont «pris en otage les chariots»
Le Parisien31/03/2018 à 19:21

Grève à Carrefour : à Epinay-sur-Orge, les salariés ont «pris en otage les chariots»

« En 20 ans de boîte, je n'ai jamais vu ça. Jamais ! » Employée au rayon des produits ménagers, Sandra fait partie des quelque 160 salariés sur 180 du Carrefour Market d'Epinay-sur-Orge (Essonne) à s'être déclarés en grève ce samedi. Répondant à l'appel des syndicats pour la défense de l'emploi et du pouvoir d'achat à la suite du plan de transformation du groupe présenté en janvier par le PDG Alexandre Bompard, elle et ses collègues ont « pris en otage les chariots » et distribué des tracts aux clients. Mais sans les empêcher de pénétrer dans le magasin pour y effectuer leurs achats en ce premier jour du week-end de Pâques, l'un des plus importants de l'année.Ce qui l'a décidée à cesser le travail ? La prime de participation de 57 euros, contre 610 l'an dernier, annoncée il y a quelques jours, et depuis rehaussée à 407 euros. « Avec mon ancienneté, je ne touche que 1 200 euros nets à la fin du mois, confie-t-elle. Les primes me servent à partir en vacances et à faire face aux imprévus. Là, mon sèche-linge est en panne, et je ne peux pas le remplacer. »« Notre richesse se trouve dans nos magasins, pas à la bourse ! »Son collègue de rayon Boussad a opéré un simple calcul. « L'an dernier, les primes m'ont rapporté l'équivalent d'un salaire, avance-t-il. Cette année, ça me rapporte 88 centimes par jour. Il m'en manque deux pour acheter une baguette de pain... »Délégué syndical central Force ouvrière, Jean-Marc Robin l'admet : le montant des primes est la goutte d'eau qui a amené les salariés à se mobiliser. Mais il ne constitue pas le seul motif. « Cela fait plusieurs années que nos dirigeants favorisent la capitalisation boursière du groupe et les dividendes des actionnaires, affirme-t-il. Mais notre richesse se trouve dans nos magasins, pas à la bourse ! » Lui insiste sur la nécessité de poursuivre les négociations, achevées mercredi, autour des 2 400 suppressions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Orange91
    01 avril04:20

    Irresponsables...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer