Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Greenpeace force l'entrée de la centrale de Fessenheim
Reuters18/03/2014 à 19:49

DES MILITANTS DE GREENPEACE PARVIENNENT À ENTRER DANS LA CENTRALE DE FESSENHEIM

DES MILITANTS DE GREENPEACE PARVIENNENT À ENTRER DANS LA CENTRALE DE FESSENHEIM

par Patrick Genthon

FESSENHEIM Haut-Rhin (Reuters) - Des militants de l'organisation écologiste Greenpeace ont forcé mardi à l'aide d'un camion l'enceinte de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) pour dénoncer les failles dans la sécurité du plus vieux site du parc nucléaire français.

En fin de matinée, l'ONG a également déployé cinq canots pneumatiques sur le grand canal d'Alsace à proximité de la centrale pour souligner les risques d'inondation de cette centrale promise à la fermeture en 2016.

"Incident clos. Toutes les personnes vues entrant sur site ont été interpellées", a annoncé EDF sur son compte Twitter en début d'après-midi. Greenpeace a indiqué que 57 personnes avaient été interpellées.

L'opérateur des centrales français avait déclaré plus tôt cette opération n'avait pas d'incidence sur la sûreté et la production d'électricité des deux réacteurs et le gouvernement a réagi de manière très mesurée à l'intrusion.

Selon des militants de Greenpeace, les activistes ont pénétré dans l'enceinte cachés dans le conteneur d'un semi-remorque qui a forcé l'une des entrées.

Le camion a réussi à franchir deux lignes de protection avant d'être arrêté, a indiqué lors d'un point presse le directeur de cabinet du préfet. Il a précisé que les militants disposaient de matériel pour les aider à passer par-dessus les barbelés et que trois d'entre eux ont été légèrement blessés.

Une douzaine de militants sont montés sur le toit d'un des réacteurs et ont accroché au sommet une bannière portant le slogan, "Stop risking Europe", a constaté Reuters sur place.

PAS D'IMPACT, SELON L'ASN

D'autres militants ont grimpé sur le toit de la piscine de stockage du combustible, selon Cyrille Cormier, chargé des questions d'énergie chez Greenpeace.

"Une soixantaine de militants de quatorze nationalités différentes mènent cette action pour envoyer un message aux chefs d'Etat et de gouvernement européens qui se réunissent dans deux jours à Bruxelles pour décider de la politique énergétique de l'Union européenne", a-t-il déclaré.

"Nous disons plus particulièrement à François Hollande qu'il ne doit pas s'arrêter à la fermeture de Fessenheim mais aller bien au-delà. Il y a d'autres vieilles centrales en France qui sont dangereuses", a-t-il ajouté.

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN), gendarme français du nucléaire, a confirmé dans un communiqué que l'évènement n'avait pas eu d'impact sur les installations.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré que les forces de l'ordre avaient rapidement identifié les intrus comme étant des militants de Greenpeace, ce qui avait permis d'"adapter leur riposte".

"Le fait qu'ils puissent franchir le premier grillage pose question et c'est évidemment anormal mais notre riposte a été adaptée au risque", a ajouté Pierre-Henry Brandet.

LE GOUVERNEMENT TRÈS MESURÉ

Après la publication d'un communiqué des syndicats de la centrale dénonçant une opération assimilable à un acte de terrorisme, les forces de l'ordre ont indiqué qu'elles auraient fait usage de leur arme dans pareil cas.

Les écologistes français ont félicité l'ONG Greenpeace pour son action et ont dénoncé la "fragilité" des installations nucléaires, un sujet sensible entre le gouvernement et ses alliés écologistes.

Cette déclaration a été vivement critiquée par l'opposition mais le gouvernement a réagi de manière très mesurée, quelques semaines avant la présentation d'une loi sur la transition énergétique déterminante pour le maintien des écologistes dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Le ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Philippe Martin, a certes publié un communiqué dans lequel il annonce une inspection "permettant d'analyser les événements" de mardi et le renforcement de l'arsenal juridique pour éviter leur répétition.

Mais il n'a pas un mot pour condamner l'intrusion elle-même et une source gouvernementale déclare que l'on "comprend bien que le geste est purement politique et qu'il n'y a aucune intention malveillante".

"Ce qui est le plus important dans notre relation avec les Verts, c'est le débat politique et les échanges politiques qu'on a avec eux. Le plus important c'est le dialogue qu'on a avec eux sur la transition énergétique", a déclaré la source.

François Hollande a promis de fermer la centrale de Fessenheim d'ici la fin 2016, en raison de son âge et de sa situation en zone sismique et inondable. Les mouvements écologistes demandent pour leur part la mise à l'arrêt immédiate des deux réacteurs de 900 MW, qui sont en service depuis 1977.

La loi sur la transition énergétique qui doit être débattue en 2014 devra détailler comment la France compte réaliser la promesse de François Hollande de réduire de 75% à 50% d'ici 2025 le poids du nucléaire dans la production d'électricité.

(Avec Gilbert Reilhac à Strasbourg, Marion Douet et Julien Ponthus à Paris, édité par Yves Clarisse)

33 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7403983
    18 mars20:53

    Je verrais bien Duflot escalader la centrale, avec le gros Placé par derrière ... cela aurait de l'allure non ???

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer