1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grèce-Tsipras annonce l'instauration d'un contrôle des capitaux
Reuters28/06/2015 à 20:34


ATHENES, 28 juin (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré dimanche soir que la décision de la Banque centrale européenne de ne pas prolonger le plan d'aide internationale à la Grèce a contraint la Banque centrale grecque à recommander un contrôle des capitaux et une fermeture temporaire des établissements bancaires. Le chef du gouvernement grec, qui s'exprimait après un conseil des ministres et une réunion du conseil de stabilité financière de la Grèce, a clairement expliqué que ces décisions étaient la conséquence d'un refus des créanciers européens et de la BCE. "Le rejet de la demande du gouvernement grec pour une brève prolongation du programme (d'aide) est un acte sans précédent selon les critères européens, remettant en cause le droit d'un peuple souverain à décider", a déclaré Tsipras dans une allocution à la télévision. "Cette décision conduit aujourd'hui la BCE à limiter les liquidités disponibles pour les banques grecques et force la banque centrale grecque à recommander une fermeture bancaire et une restriction sur les retraits bancaires", a-t-il ajouté. Alexis Tsipras a lancé un appel au calme et a affirmé aux épargnants grecs que leurs avoirs étaient en sécurité. Il a également précisé attendre une réponse de la BCE à sa requête pour une prolongation du plan d'aide internationale. Le Premier ministre a en outre affirmé que rien ne pourra empêcher la tenue d'un référendum dimanche 5 juillet sur l'offre des créanciers d'une aide de 15,5 milliards d'euros pour une durée de cinq mois en échange d'une hausse des impôts et une réduction des dépenses. Il a personnellement appelé à voter "non" à cette consultation référendaire. (George Georgiopoulos; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer