Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grèce-La BCE augmente son aide après l'accord sur un prêt

Reuters16/07/2015 à 16:36

* 900 millions de plus pour les liquidités d'urgence * La BCE se défend face aux accusations * Elle maintient ses taux directeurs (Avec détails, déclarations supplémentaires) par Balazs Koranyi et John O'Donnell FRANCFORT, 16 juillet (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a relevé légèrement jeudi le montant de ses liquidités d'urgence (ELA) aux banques grecques après que les pays de la zone euro se sont mis d'accord pour accorder un nouveau prêt de trois ans à Athènes. Le président de la BCE Mario Draghi a indiqué que le Conseil des gouverneurs de l'institution avait accepté d'augmenter ce programme de 900 millions d'euros pour une semaine à la demande de la Banque de Grèce. "Dans nos règlements, la fourniture de liquidités n'a jamais été censée être illimitée et inconditionnelle", a-t-il dit en faisant référence comme facteur décisif à l'annonce de l'accord de principe de l'Eurogroupe sur le nouveau prêt. "Les choses ont changé maintenant. Nous avons eu une série de nouvelles avec l'approbation du crédit-relais, avec les votes, les différents votes des différents parlements, qui ont à présent rétabli les conditions d'un relèvement de l'ELA", a-t-il dit. Mario Draghi, qui s'exprimait lors de la traditionnelle conférence de presse suivant la réunion de politique monétaire de l'institut d'émission, a souligné que l'exposition de l'Eurosystème à la Grèce atteignait désormais 130 milliards d'euros. Dans ce contexte, il a défendu le rôle de la BCE face à ceux qui l'accusent d'avoir sevré de liquidités le système financier grec. Il a fait valoir que les mouvements de panique des déposants avaient coïncidé avec des événements politiques, les législatives de janvier et la rupture des négociations avec les créanciers fin juin. "Aussi, je trouve que ces reproches sur l'insuffisance de l'assistance en liquidités ou une panique bancaire causée par la BCE ne se justifient pas et ne sont en tout cas pas fondés", a-t-il dit. Le président de l'institution a indiqué que celle-ci avait toujours agi en partant du principe que la Grèce resterait dans la zone euro et qu'il ne revenait pas à la banque centrale, mais aux gouvernements, de décider de son statut. DRAGHI PLAIDE POUR UNE PLUS GRANDE INTÉGRATION La BCE a d'autre part maintenu ses taux directeurs inchangés jeudi, Mario Draghi réaffirmant son intention de mener à bien jusqu'à l'échéance de septembre 2016 son programme de rachat d'actifs pour conforter la reprise dans la zone euro et porter l'inflation vers son objectif de juste en-dessous 2%. Il a indiqué une nouvelle fois qu'elle était prête à faire plus si nécessaire. Pour augmenter l'ELA, la banque avait besoin de s'assurer que la Grèce disposerait des fonds nécessaires pour lui rembourser lundi une échéance 3,5 milliards d'euros. Mario Draghi a estimé que tout montrait qu'Athènes serait en mesure de l'honorer et de régler aussi ses arriérés envers le Fonds monétaire international (FMI) sur la base se l'accord de principe conclu par l'Eurogroupe pour un prêt temporaire de sept milliards d'euros, même si ses détails restent à régler. Au passage, il a jugé que la crise grecque montrait la fragilité de la zone euro et la nécessité d'une plus grande intégration de celle-ci. "Cette union est imparfaite, et être imparfaite c'est être fragile, vulnérable et ne pas (...) apporter tous les bénéfices qu'on aurait si elle était achevée", a-t-il estimé, avant de se prononcer pour "des mesures décisives" qui permettent une plus grande intégration des économies des pays membres. L'augmentation de l'ELA a permis une réouverture des banques grecques lundi, a déclaré un banquier à Reuters. Cette réouverture pourrait s'accompagner de retraits limités pour les déposants, en attendant la négociation du nouveau programme d'aide qui prévoit notamment 25 milliards d'euros pour recapitaliser les établissements financiers du pays. (Rédaction de Francfort; Jean-Stéphane Brosse et Yann le Guernigou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.