Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grandes manoeuvres à deux jours du référendum en Crimée

Reuters14/03/2014 à 19:34

DES RENFORTS RUSSES ARRIVENT EN CRIMÉE

par Katya Golubkova et Lesley Wroughton

LONDRES/SEBASTOPOL Ukraine (Reuters) - A l'avant-veille du référendum en Crimée sur un rattachement à la Russie, de nouvelles troupes russes ont débarqué vendredi dans la presqu'île ukrainienne de la mer Noire alors que se poursuivaient les efforts diplomatiques pour trouver une solution à la crise.

A Londres, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a eu plusieurs heures d'entretiens avec son homologue russe Sergueï Lavrov, et a réaffirmé que la communauté internationale ne reconnaîtrait pas l'issue du référendum criméen.

John Kerry a averti le Kremlin que les Etats-Unis et l'Union européenne imposeraient des sanctions concertées à la Russie dès lundi si le référendum criméen était maintenu.

A l'issue de la rencontre, Sergueï Lavrov a assuré que la Russie n'avait aucunement l'intention d'envahir l'Est russophone de l'Ukraine. A propos de la Crimée, il a souligné qu'elle avait aux yeux de Moscou plus d'importance que n'en ont les îles Malouines pour Londres.

Les Etats-Unis ont fait circuler au sein du Conseil de sécurité de l'Onu une résolution qui déclarerait illégal le référendum mais la Russie a fait savoir qu'elle opposerait son veto à ce texte "inacceptable".

Le président Vladimir Poutine a rejeté vendredi les accusations de l'Occident voulant que le référendum en Crimée soit illégal. Dans une conversation téléphonique avec le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, il a "souligné que la décision de le tenir (le référendum) est totalement conforme au droit international et à la charte des Nations unies", a indiqué le Kremlin.

A Washington, le président Barack Obama a dit espérer une solution diplomatique et a mis en garde la Russie contre les conséquences qui s'ensuivraient en cas d'échec.

Sur le terrain, les Russes ne semblent guère impressionnés. Un navire de guerre russe a débarqué des camions, des soldats et au moins un véhicule blindé de transport de troupes (VTT) près e Sébastopol.

BLINDÉS ET MISSILES RUSSES EN CRIMÉE

Un journaliste de Reuters a vu ces renforts descendre du Yamal 156, un navire de débarquement, dans la baie de Kazatchaïa, au sud-ouest de Sébastopol, port d'attache de la Flotte russe de la mer Noire.

Lundi, une colonne d'une centaine de véhicules, dont des VTT et des canons automoteurs, avait été aperçue sur une route dans le même secteur, à une quinzaine de kilomètres de Sébastopol.

Selon Vladislav Selezniov, un fonctionnaire du ministère ukrainien de la Défense en Crimée, des témoins ont rapporté l'arrivée de blindés russes à Kertch, ville portuaire du sud-est de la Crimée, située sur le détroit séparant la péninsule de la Fédération de Russie.

Un train transportant 14 missiles sol-air S-300 se trouve à la gare de Kertch, a-t-il précisé. Citant une autre source, il ajoute qu'une colonne d'une centaine de véhicules - des camions et des blindés de transport de troupes notamment - se dirige vers Djankoï, dans le nord de la péninsule.

La marine russe a par ailleurs annoncé que des avions et des hélicoptères de ses forces aéronavales avaient entamé des manoeuvres en Méditerranée.

Des avions de chasse Soukhoï SU-33 et des hélicoptères de lutte anti-sous-marine Kamov Ka-27 ont décollé dans la matinée du porte-avions "Amiral Kouznetsov", qui avait fait escale le mois dernier à Chypre, a précisé le porte-parole de la marine, Vadim Serga, à l'agence de presse Interfax.

L'"Amiral Kouznetsov", unique porte-avions de la marine russe, appartient à la flotte du Nord.

Le destroyer américain Truxtun a été envoyé en mer Noire dans le cadre d'exercices programmés avant la crise ukrainienne, selon l'US Navy.

A Donetsk, dans l'est de l'Ukraine où vivent également de nombreux russophones, le nouveau gouverneur de la région a accusé vendredi les Russes d'être derrière les violences qui ont fait un mort la veille.

ATTAQUES INFORMATIQUES

Un homme de 22 ans, Dmitriy Tcherniavskiy, a été poignardé à mort lors de heurts entre partisans du nouveau gouvernement de Kiev et pro-Russes. Il y a également eu une trentaine de blessés.

"Selon la police, de nombreuses personnes qui se trouvaient là n'étaient pas originaires d'Ukraine", a affirmé le gouverneur Serhiy Tarouta, qui a dénoncé les propos du Kremlin, réitérés à Londres par Sergueï Lavrov, selon lesquels les autorités de Kiev n'étaient plus en mesure de contrôler la situation.

A Moscou, le service de presse du Kremlin a rapporté que des pirates informatiques s'en étaient pris au site internet de la présidence russe dans la matinée et avaient mis celui de la Banque centrale hors d'usage.

Sur le plan diplomatique, l'Union européenne a dressé une liste de 120 à 130 personnalités russes susceptibles d'être frappées par des sanctions comme le refus de délivrance de visas ou le gel d'avoirs si le référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie a lieu.

Le quotidien allemand Bild écrit que treize personnalités russes, dont plusieurs appartiennent à l'entourage de Vladimir Poutine, sont concernées et parmi elles Alexeï Miller, P-DG de Gazprom, et Igor Setchine, patron de Rosneft, deux des plus puissantes entreprises russes.

"J'espère que tout cela se révélera de la simple rhétorique", a commenté un porte-parole d'Igor Setchine. "C'est bête, petit et cela revient à se saborder soi-même. Je pense que cela affectera en premier lieu et d'une manière extraordinaire les partenaires de Rosneft en Occident".

La Bourse de Moscou est tombée dans la matinée à ses plus bas niveaux depuis 2009, de crainte des sanctions.

(Andrew Osborn, Tatyana Ustinova, Lidia Kelly; Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.