1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grande-Synthe: nouvelle évacuation d'un campement de migrants, Castaner affiche sa "fermeté"

AFP23/10/2018 à 20:40

Des migrants emportent leurs affaires lors d'une opération d'évacuation du camp de Grande-Synthe par des policiers, le 23 octobre 2018 ( AFP / FRANCOIS LO PRESTI )

Les forces de l'ordre ont évacué mardi le campement de Grande-Synthe (Nord), près de Dunkerque, où vivaient quelque 1.800 personnes, la sixième opération de ce type en cinq mois.

Des centaines de policiers et gendarmes se sont déployés sur le campement du Puythouck, un ensemble de lacs et de petits bois régulièrement occupé par les migrants, en grande majorité des Kurdes irakiens.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui a assuré dimanche vouloir "mettre fin" à la situation, s'est rendu sur place en fin d'après-midi, où il s'est entretenu avec le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, avant de se faire présenter la conduite des opérations au commissariat de Dunkerque.

M. Castaner a martelé la "volonté de fermeté" du gouvernement, qui "fera en sorte" que, comme à Calais où la "Jungle" ne s'est pas reconstituée après son démantèlement en 2016, le campement "ne se reproduise pas une énième fois".

"Nous aurons des présences policières en nombre", a-t-il prévenu. "L'objectif" est que ceux qui "organisent et qui gagnent de l'argent sur cette misère soient chassés" et que les migrants "ne reviennent pas et qu'ils ne s'installent pas ici".

Devant les forces de l'ordre, le ministre a fait état de "1.297 personnes prises en charge, dont 393 vivant en famille et 16 mineurs non accompagnés". Selon la préfecture du Nord, elles ont été "mises à l'abri dans des structures d'hébergement réparties dans l'ensemble de la région des Hauts-de-France et des régions périphériques". M. Castaner a par ailleurs indiqué que "94 adultes" ont été "placés en rétention".

L'opération vise notamment à "enrayer les trafics d'êtres humains dans ces campements où les filières de passeurs sont actives", a ajouté la préfecture dans un communiqué.

Des policiers procèdent à l'évacuation du camp de migrants de Grande-Synthe, le 23 octobre 2018 dans le Nord ( AFP / FRANCOIS LO PRESTI )

Les migrants ont rassemblé leurs affaires dans le calme, sac sur le dos, tandis que des policiers et des agents de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) leur expliquaient la marche à suivre, ont constaté des journalistes de l'AFP. Des tentes vides et des vêtements jonchent le sol de la zone.

Une quarantaine de cars ont été mobilisés pour cette opération.

Une évacuation du même type avait déjà eu lieu le 28 septembre. Environ 400 à 500 personnes étaient alors montées dans des cars à destination de plusieurs centres d'accueil des Hauts-de-France. Le 6 septembre, les autorités avaient également procédé à une "mise à l'abri" de 539 personnes se trouvant dans un campement insalubre à proximité de la gare de triage.

- "Familles contentes de partir" -

"On ne pouvait plus continuer comme ça. Tout le monde demandait cette évacuation depuis des semaines", a déclaré à l'AFP Damien Carême.

"La mise à l'abri est nécessaire mais on sait très bien que certains exilés vont revenir, comme à chaque fois dans ce genre de cas", a tempéré Akim Toualbia, vice-président de l'association Drop, qui faisait encore état lundi d'une "situation très tendue", avec des conditions d'hygiènes précaires.

Grande-Synthe ( AFP / AFP )

"Les familles sont contentes de partir, certaines sont venues exprès pour être évacuées et être mises au chaud et au sec", a renchéri Claire Millot, de l'association Salam. "Si elles sont là c'est parce qu'elles veulent passer en Angleterre, mais elles veulent du répit."

Les associations, qui partagent le constat d'une constante augmentation depuis le 6 septembre, font état de "retours" de migrants depuis les centres d'accueil.

"Seules 10 à 20% des personnes placées en centre d'accueil reviennent", soutient toutefois M. Carême, mais "c'est à l'État" de gérer le flux des nouvelles arrivées.

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 445566ZM
    24 octobre10:10

    Il nous manque un visionnaire du genre de Général de Gaulle. Il savait prendre des décisions difficiles, comme donner l'indépendance à l'Algérie. Nos gouvernants, peuvent-ils dire dans quel état sera notre pays dans dix ans ?

    Signaler un abus

  • mlaure13
    23 octobre15:20

    En outre, la seule façon que nos Gvts trompettes « imposent», c'est de fragmenter le cancer de Calais, en saupoudrant le territoire de métastases...super idée pour le développement d'un cancer généralisé...Mes chers compatriotes, dites vous bien que maintenant, c'est vraiment la fin... ?(( ...Hal Elujah ou Inch Allah...

    Signaler un abus

  • mlaure13
    23 octobre15:18

    Qu'attendre des traîtres à la nation, qui permettent l'islamisation de la France, pour se faire élire ou réélire et conserver tous leurs privilèges seigneuriaux...et ce n'est que le début...Nous allons TOUS payer très chèrement le laxisme et la trahison de nos politicards mafieux de tous bords...et nos petits enfants devenus des "dhimmis", nous maudiront pour l'éternité...

    Signaler un abus

  • cavalair
    23 octobre15:10

    Mcron et Philippe sont de collabos en termes de 1940....ceux qui traitent avec l'envahisseur

    Signaler un abus

  • cavalair
    23 octobre15:08

    on paye ces """""" Migrants'''' des fortunes et pendant ce temps la on traite les retraites des faschistes et de privilegies avec 800 euros de retarites par mois. On a fait la revoluition pour moins que ca

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.