1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grand débat : et si on nationalisait les autoroutes ?
Le Parisien13/02/2019 à 14:16

Grand débat : et si on nationalisait les autoroutes ?

En marge du grand débat national organisé par le gouvernement en réponse au mouvement des Gilets jaunes, Le Parisien invite ses lecteurs à lui envoyer les propositions de lois citoyennes qu'ils souhaiteraient voir émerger. Chaque jour, une partie d'entre elles sont passées au banc d'essai par la rédaction.Ce lundi, nous nous penchons sur la nationalisation des autoroutes, avec en filigrane la question des tarifs. Car les prix qui ne cessent d'augmenter et les profits engrangés par les sociétés d'autoroute, font régulièrement polémique. Preuve que ce sujet est hautement inflammable, des gares de péage ont été dégradées par des Gilets jaunes et plusieurs opérations « péage gratuit » ont été menées par des manifestants.De quoi parle-t-on ?En 2006, Dominique de Villepin, alors Premier ministre, privatise le réseau des autoroutes pour renflouer les caisses publiques et trouver les fonds nécessaires au lancement de nouveaux projets. Le gouvernement vend ses parts et récupère environ 15 Mds€.Sauf que très vite, les contrats passés entre Vinci, Abertis et Eiffage d'un côté, et l'Etat de l'autre, sont dénoncés. En ligne de mire : les augmentations annuelles des tarifs, systématiquement au-dessus de l'inflation. Les critiques pleuvent. Dans un rapport en 2013, la Cour des comptes juge que « l'État a accepté de compenser par des hausses de tarifs un grand nombre d'investissements de faible ampleur, dont l'utilité pour l'usager n'était pas toujours avérée ». L'année suivante, l'autorité de la concurrence enfonce le clou, fustigeant un rapport de force en défaveur de l'Etat, et pointant une « rentabilité exceptionnelle assimilable à une rente ».Les sociétés se défendent en mettant en avant les investissements pharaoniques qu'elles ont consentis pour développer le réseau. L'Etat est aussi responsable de la situation. Lors des trois plans de modernisation menés sous Nicolas Sarkozy et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

35 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lorant21
    14 février08:41

    Pour nyorker, la tonte des talus est déconseillée depuis 10 ans pour des raisons écologiques: laisser la flore pour les insectes et ne pas couper pendant le temps de reproduction de son petits animaux. Idem pour les pesticides. C'est pareil partout. Pour les augmentations c'est 0.7*inflation + les demandes de travaux de l'état .. souvent dans le cadre des « plans de relance ». Cela arrange tout le monde, sauf les automobilistes.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer