1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grand débat à Romainville : «Pour une fois qu'on nous demande notre avis...»
Le Parisien01/02/2019 à 17:37

Grand débat à Romainville : «Pour une fois qu'on nous demande notre avis...»

Ce soir-là, il neige sur le parvis de l'hôtel de ville de Romainville (Seine-Saint-Denis). Mais cela n'a pas refroidi les ardeurs démocratiques de la grosse cinquantaine de personnes sagement installées sous les dorures de la salle des fêtes de la mairie, réquisitionnée pour le Grand débat. Pas de Gilets jaunes à l'horizon, mais de nombreux élus municipaux, des représentants associatifs, et de simples citoyens. « On est agréablement surpris. Avec la météo en plus... Il y a des gens que je n'avais jamais vus », s'étonne presque Corinne Valls, la maire (Mouvement de la gauche citoyenne) de cette commune de 25 000 habitants. LIRE AUSSI > Une forte mobilisation, et après ?« Je sors tout juste de la gym », glisse Brigitte pour s'excuser de son (léger) retard, en prenant place à côté de son mari Yvon, retraité de la police nationale. « Je suis curieuse, j'ai envie de voir si ça va être utile », confie cette psychopédagogue à la retraite, qui a appris par hasard la tenue de cet événement. «J'ai envie de voir si ça va être utile», explique Brigitte./LP/Guillaume Georges Son mari, électeur socialiste, est très dubitatif sur l'issue de la consultation : « Je ne crois pas qu'il en ressortira grand-chose. C'est une opération politique de Macron pour reprendre la main. Et puis les thèmes choisis ont beau être intéressants, il en manque, comme l'ISF (NDLR : impôt de solidarité sur la fortune)... ». Ce qui ne l'a pas empêché de passer sa soirée à la mairie : « Je suis citoyen, donc je participe. Cela permet aussi aux gens de se rencontrer. »«Les salaires, ça va pas»Juste derrière eux, deux femmes voilées attendent patiemment le début des échanges : « On est intéressées. On veut écouter ce qui va être dit », glissent en cœur Karima, 42 ans, et Monia, 46 ans, toutes deux assistantes maternelles.Pierre, lui, est venu pour défendre sa proposition d'un impôt sur le revenu à 20 % ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1903733
    01 février18:58

    Qu'on te demande ton avis c'est bien, qu'il en soit tenu compte c'est autre chose !!!.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer