1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gracié par Poutine, Khodorkovski remercie l'Allemagne
Le Parisien21/12/2013 à 07:49

Gracié par Poutine, Khodorkovski remercie l'Allemagne

En quelques heures, l'ex-magnat du pétrole Mikhail Khodorkovski, grâcié par Vladimir Poutine, est passé d'un camp perdu de Carélie (nord-ouest de la Russie) à un grand hôtel berlinois via le tarmac de l'aéroport Schönefeld, dans la capitale allemande. Il a été accueilli vendredi après-midi par l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, âgé à présent de 86 ans.

Ce dernier a déclaré à l'édition en ligne du magazine «Der Spiegel» que Mikhail Khodorkovski était «épuisé, mais très heureux d'être enfin en liberté». A priori, le Russe devrait se reposer quelques jours à Berlin, après plus de dix ans de captivité. Sa famille arrivera samedi matin.

Hans-Dietrich Genscher, l'ex-chef de la diplomatie allemande de 1974 à 1992, l'un des artisans de la chute du mur de Berlin, a dépêché un jet privé pour assurer le voyage de l'ennemi du Kremlin. Il a d'ailleurs été chaudement remercié par l'ancien bagnard «pour le rôle personnel qu'il a joué dans (sa) vie».

Le rôle prépondérant de Berlin

Le rôle prépondérant de Berlin dans cette libération a été confirmé par Angela Merkel. Hans-Dietrich Genscher «s'est occupé du dossier en coulisses de façon intensive. Il s'est grandement impliqué pour travailler avec succès à des solutions, avec le soutien de la chancelière et du ministère des Affaires étrangères», a déclaré le porte-parole de la chancelière. Elle espère la «libération d'autres personnes qui luttent pour une Russie moderne», a-t-il poursuivi, selon un autre article du «Spiegel». La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a salué elle aussi cette libération, en soulignant que l'UE avait suivi son cas «depuis plus de 10 ans», et plaidé pour une justice «indépendante et transparente» en Russie.

Si l'opposant a confirmé avoir demandé une grâce à Vladimir Poutine, il a assuré ne pas avoir reconnu sa culpabilité. «Le 12 novembre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • C177571
    21 décembre12:34

    Les allemands travaillent en silence et ont des résultats. A bon entendeur,salut!!!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer