1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Gilets jaunes": Pénicaud "en appelle aux entreprises" face à l'"urgence sociale absolue"

AFP07/12/2018 à 08:49

La ministre du Travail Muriel Pénicaud à l'Elysée, le 5 septembre 2018 ( POOL/AFP / Thibault Camus )

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, en a appelé vendredi aux entreprises, soulignant que "tout le monde doit faire sa part" face à l'"urgence sociale absolue" dont témoigne la crise des "gilets jaunes".

Muriel Pénicaud reçoit vendredi matin à son ministère les organisations syndicales et patronales avec cinq autres membres du gouvernement. Elle a confirmé que seraient sur la table des discussions, le sujet de la prime transport et le versement d'une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de charges.

"On ne va pas imposer par la loi une augmentation générale des salaires, ça n'a pas de sens, on détruirait de la compétitivité et de l'emploi", a estimé la ministre vendredi matin sur BFM Business.

"Mais en revanche, ça va être le moment des négociations salariales, la loi Pacte va permettre d'augmenter aussi l'intéressement et la participation, la loi Avenir professionnel permet d'augmenter les salaires des femmes - enfin ! - pour que les femmes gagnent autant que les hommes à poste égal", a-t-elle énuméré.

Muriel Pénicaud "en appelle aux entreprises: il faut y aller, tout le monde peut faire quelque chose, donc tout le monde doit faire quelque chose dans cette dynamique".

Pour la ministre du Travail, "on est d'abord en urgence sociale absolue, donc en urgence économique, cette fois si c'est dans ce sens-là".

"Que les grandes entreprises montrent l'exemple - et il y en a beaucoup qui sont prêtes à le faire, qui le disent. Et il y a des branches qui ont fait l'accompagnement des salaires ces dernières années, d'autres moins. Je sais qu'elles sont prêtes à le faire, il faut le faire", a-t-elle martelé.

Interrogée sur la proposition formulée par le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand d'une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de charges que les entreprises seraient invitées à verser à leur salariés, la ministre a répondu: "Ça fait partie des sujets qu'on va discuter avec les partenaires sociaux".

Entourée de Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu (Cohésion des territoires), Elisabeth Borne (Transports), Julien Denormandie (Ville et Logement) et Emmanuelle Wargon (secrétaire d'État à la Transition écologique), Muriel Pénicaud reçoit vendredi matin syndicats et patronat. A l'exception de la CGT, qui a expliqué son absence par un refus de se laisser "récupérer" par le gouvernement.

Vendredi après-midi, les mêmes membres du gouvernement recevront cette fois les associations d'élus, au ministère de la Cohésion des territoires.

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bordi01
    07 décembre16:34

    Gilet Jaune 01 c'est bien RBDS1 t 'as tout compris tous les ministres de ce gvrnt sont archis nuls mais pour les médias ils sont très bienils n'ont aucunes connaissances des dossiers mais sont tjrs infaillibles en"blablabla"la marque de fabrique de la REM c'est causer pour rien dire quand le peuple et en grande détresse on lui explique qu'il ne faut plus donner de fessées aux enfants voyez le rapport.il est grand temps de faire le ménage et de virer cette bande d'incompétants

    Signaler un abus

  • rodde12
    07 décembre11:18

    Elle devrait savoir que les entreprises aussi sont pressurisées. La solution c'est un nettoyage de tous les excès de la fonction publique. Excès qui font que notre économie va mal. Pour ça il faut du courage

    Signaler un abus

  • dupon666
    07 décembre10:49

    les pauvres veulent pouvoir rouler à la campagne avec des vieilles voitures diesel et un controle de SECURITE raisonnable..

    Signaler un abus

  • dupon666
    07 décembre10:39

    personne n'avait demandé de l'argent en plus....mais des taxes ridicules et injustifiées en moins....comment compliquer un truc simple

    Signaler un abus

  • rdesboi1
    07 décembre10:27

    Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a estimé que les entreprises sont en train de devenir "le bouc émissaire d'une révolte fiscale" : "Je ne voudrais pas que cette révolte fiscale se transforme en mettant en accusation des entreprises qui font leur travail. On pointe du doigt les entreprises alors que c'est un problème d'impôt", a-t-il regretté au micro de France Inter. c'est une évidence !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer