1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Gilets jaunes : les syndicats face à la colère de leur base

Le Parisien06/12/2018 à 21:10

Gilets jaunes : les syndicats face à la colère de leur base

Ne pas jeter de l'huile sur le feu, ni se couper de la base... C'est l'exercice périlleux tenté par les responsables syndicaux réunis ce jeudi matin dans les murs de la CFDT de 8h30 à 10h30. Un huis clos sur « l'actualité sociale » (prévue initialement la semaine prochaine) à quelques heures de l'acte IV de la mobilisation des gilets jaunes : le quatrième samedi de la colère annoncé comme celui de tous les dangers.Signé par 7 syndicats sur 8 (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, FSU), le communiqué commun, qui dénonce « les formes de violences dans l'expression des revendications », a semé la confusion au sein des centrales. Et même la colère dans les rangs des militants, partagés sur la position à adopter samedi vis-à-vis « de tous ceux qui se battent dans rue pour vivre dignement ».« C'est raté ! Ils jettent de l'huile sur le feu et se coupent de la base. Catastrophique dans une période aussi mouvementée » se désole un responsable syndical cégétiste opposé à la décision prise par son syndicat de ne pas être aux côtés des Gilets jaunes. « Ils sont inconscients ! » lance un autre gradé mécontent, cette fois dans les rangs de FO. « Les syndicats ont décidé qu'il est urgent de ne rien faire. Cette déclaration est hors sol » tacle le syndicat Solidaires qui a refusé de signer.Aucune plate-forme commune de revendicationsQue dit ce texte ? Outre la condamnation des violences des Gilets jaunes, il en appelle, entre les lignes, à Emmanuel Macron pour faire enfin confiance aux syndicats. Il faut « garantir de réelles négociations » demandent-ils, espérant être l'acteur incontournable de la sortie de crise. Reste que leur volonté de jouer les pompiers laisse déjà apparaître des divisions. Aucune plate-forme commune de revendications à la clé... Chaque « syndicat avancera ses propres revendications », est-il été écrit et « en commun chaque fois que cela sera possible ».« C'est l'aveu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • LERINS
    07 décembre00:14

    Au moins, la preuve est faite que tous les soit-disant corps intermédiaires sont vendus au pouvoir en place car ils profitent de larges subventions payées par les contribuables. Et donc, ils viennent au secours de ce pouvoir quand celui-ci est ébranlé par une manifestation vraiment populaire et pas seulement catégorielle....

    Signaler un abus

  • geocor
    06 décembre23:18

    Les GJ sont opposés aux régimes spéciaux. Comment vendre à la base des syndicats de fonctionnaires un soutien à ce mouvement ?

    Signaler un abus

  • dupon666
    06 décembre23:07

    les corps intermediaires de vendus vont disparaitre avec leurs maitres

    Signaler un abus

  • oban07
    06 décembre21:43

    lamentable ces pseudo syndicats

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer