1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gilets jaunes : «La question de l'ordre public est essentielle»
Le Parisien07/12/2018 à 19:00

Gilets jaunes : «La question de l'ordre public est essentielle»

L'exécutif a mobilisé près de 90 000 forces de l'ordre, samedi, partout en France, pour faire face à l'acte IV des Gilets jaunes qui prévoient toujours de manifester, malgré les annonces de l'exécutif cette semaine. Professeur d'histoire à la Sorbonne et directeur de l'Institut d'histoire de la Révolution française, Pierre Serna met en perspective le mouvement des Gilets jaunes en le confrontant au temps long.Quelle est la singularité du mouvement des Gilets jaunes par rapport à des révoltes antérieures ?PIERRE SERNA. Son originalité est qu'il prend sa source directement dans la présidentielle de mai 2016. Le programme du président disqualifiait les anciens partis, son livre programme s'appelait d'ailleurs « Révolution ». Ce qui a consisté, sitôt l'élection passée, en une déstructuration des rapports de la population avec ses représentants. Le pouvoir exécutif a été renforcé, le législatif et les corps intermédiaires affaiblis. Un an après, la reprise tarde, le pouvoir d'achat stagne, et les gens se retrouvent donc directement confrontés au Président, sans les relais habituels, syndicats, patrons, etc.Certains voient dans les Gilets jaunes des Sans-Culottes contemporains, qu'en pensez-vous ?Le rapprochement avec la Révolution française serait plutôt, selon moi, à trouver dans les deux années qui ont précédé 1789, lorsque s'enchaîne une succession de désordres liés directement à des erreurs politiques. En 1787, le pouvoir est aux abois, les caisses sont vides, les taxes sur le tabac, le sel, les impôts ont été poussés au maximum... Charles-Alexandre de Calonne, intendant des finances de Louis XVI, comprend que le peuple est pressuré au maximum et qu'il faut donc créer de nouveaux impôts sur les propriétés foncières de la noblesse et du clergé. Aveuglées, les élites refusent de participer à l'effort général et s'accrochent à leurs privilèges. Cette erreur à sortir le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer