1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gilets jaunes : face à la colère, Macron veut retrouver l'esprit de sa «grande marche»
Le Parisien25/11/2018 à 06:58

Gilets jaunes : face à la colère, Macron veut retrouver l'esprit de sa «grande marche»

Printemps 2016 : pas encore candidat, Emmanuel Macron a l'intuition qu'il faut associer les Français à son futur programme présidentiel. Ce sera la « grande marche », porte-à-porte géant destiné à recueillir les doléances des citoyens de tous âges et tous milieux.Face à la colère, enracinée, des Gilets jaunes et du pays, le président, devenu impopulaire, veut retrouver l'esprit de sa campagne victorieuse. C'est ce qu'il devrait annoncer, mardi, à l'Elysée. Un discours et des mesures financières, il le sait, ne suffiront pas. « Il faut renouer avec une méthode de transformation beaucoup plus participative, décrypte un conseiller. C'est une crise très importante, l'affaire Benalla, ce n'était rien à côté. On est sur le dur ! » VIDEO. «Macron est dans son carrosse, nous, on meurt de faim» : paroles de Gilets jaunes Concrètement, alors que sa politique en matière d'écologie est contestée, le chef de l'Etat veut inaugurer une méthode de concertation « innovante », « au plus près du terrain », « pas du tout parisienne », « plus horizontale ». Et, surtout, pas cannibalisée par l'Etat. « Il ne faut pas que ce soit les élites contre le peuple », insiste un proche.L'idée serait d'engager un débat national associant syndicats, associations, ONG, entreprises, intellectuels, personnalités qualifiées, voire « des Français tirés au sort, comme dans certains pays du Nord », glisse un fidèle. Dans la pure tradition de la démocratie participative, vantée en 2007 par la socialiste Ségolène Royal. Le tout, délocalisé sur tout le territoire. « Il faut adapter très fortement notre méthode, c'est notre talon d'Achille », avertit un macroniste.Pas de représentants, « à part Jacline Mouraud »Cette semaine, des représentants syndicaux, comme Laurent Berger, ont d'ores et déjà été discrètement reçus à Matignon. Le patron de la CFDT et le Premier ministre Édouard Philippe se sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lorifer
    25 novembre20:11

    Il va marcher longtemps dans ce cas

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer