1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Gilets jaunes": ceux qui appellent à l'acte 9 savent qu'"il y aura de la violence"
AFP11/01/2019 à 20:22

Christophe Castaner lors de ses voeux à la police, le 10 janvier 2019 à Chatel-Saint-Germain (Moselle) ( AFP / JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN )

Les personnes qui appellent à manifester samedi pour l'acte 9 des "gilets jaunes" "savent qu'il y aura de la violence" et ont donc "leur part de responsabilité", a estimé vendredi le ministre de l'Intérieur.

Interviewé en direct sur Facebook par Brut, média plébiscité par les "gilets jaunes", Christophe Castaner a estimé que "ceux qui viennent manifester dans des villes où il y a de la casse qui est annoncée savent qu'ils seront complices de ces manifestations-là".

Pour le neuvième samedi depuis le 17 novembre, les "gilets jaunes" ont prévu de se rassembler, sans doute à Paris et Bourges, et les autorités redoutent de nouvelles violences après celles de samedi dernier.

"Ceux qui appellent aux manifestations demain savent qu'il y aura de la violence et donc ils ont leur part de responsabilité. Que les choses soient claires", a-t-il ajouté.

"C'est assez facile de dire je vais descendre dans un quartier, je vais tout casser", a-t-il continué, "on est en France, dans un pays où il y a des droits, il y a des devoirs, et notamment celui de la responsabilité".

"On peut appeler à la révolte, on peut appeler à la casse, certains le font, mais alors qu'ils assument leurs responsabilités", a-t-il expliqué, fustigeant ceux qui "se cachent".

"Ils se cachent derrière l'anonymat, ils se cachent derrière les attaques nocturnes qu'on a régulièrement sur les institutions, sur la mise en cause des journalistes de façon systématique mais toujours dans l'anonymat, moi je suis pour le courage, le courage d'assumer sa responsabilité", a-t-il ajouté.

Le ministre a dit "regretter (...) que ceux qui appellent à se mobiliser à gauche n'aient pas le courage d'assumer leurs choix jusqu'au bout et juste de faire un mail au préfet de passer un coup de fil à la sous-préfecture du coin et dire +voilà je veux manifester+".

Il a par ailleurs rappelé que si une manifestation est "déclarée, elle n'a même pas à être autorisée". "Le droit français est simple : vous déclarez et automatiquement, vous avez le droit d'aller manifester", a-t-il expliqué.

"Ceux qui pensent que, à quelques milliers de personnes, on peut mettre en cause nos institutions, se trompent", a également déclaré Christophe Castaner un peu plus tard vendredi, lors d'une rencontre avec des CRS dans une caserne dans le Val-de-Marne.

Devant eux, il a évoqué "des méthodes différentes de présence de mobilité" samedi, avec "un effet de sidération par votre capacité à être présent, à intervenir et à faire en sorte que ceux qui viendront vous provoquer soient immédiatement interpellés".

Sur Twitter, Marine Le Pen (RN) a dénoncé "un nouveau dérapage terriblement inquiétant": "Accuser tous les manifestants de "complicité" avec les casseurs : voici la nouvelle provocation verbale et ineptie juridique qui attente à gravement à notre Etat de droit. #GiletsJaunes".

53 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    12 janvier00:43

    Qui sème le vent récolte la tempête ...

    Signaler un abus

  • qleraz
    12 janvier00:38

    Ce n'est plus du dérapage c'est de la volonté délibérée de provoquer, d'inciter à la violence par le mépris de la parole du peuple. castagnettes essaye d'assimiler les GJ avec les casseurs extrémistes majoritairement de gauche (lisez les sigles et les msgs) et aussi avec les casseurs de banlieue. Il n'ose même pas annoncer le chiffres des voitures incendiées ds la nuit de la St Sylvestre ...

    Signaler un abus

  • qleraz
    12 janvier00:31

    Castagnettes et gravois sont les instruments du grand timonier pour exciter et provoquer les GJ et à la veille d'une manif nationale celui ci en remet une couche de mépris et d'injure. et tous ces sans pudeur de des putés larem qui chouinent "on m'a badigeonner ma succursale" "on m'a dit mes 4 vérités" mais ils viennent d'où ? je pense que tt député s'est 1 jour ou l'autre fait traiter de nom d'oiseau Ils ont été élu avec de 13 à 25% des inscrits alors qu'ils la ferment.

    Signaler un abus

  • qleraz
    12 janvier00:24

    Mention super spéciale pour le déni de f0710 " les forces de l'ordre ne font que répondre pour se défendre ! Qui charge et harcèle les premiers ? " c"est bien vrai cela qui charge en premier ? Qui balance des grenades sans raison autre que de provoquer ?

    Signaler un abus

  • qleraz
    12 janvier00:23

    Mention spéciale pour le déni de f0710 il y a déjà eu au moins 10 morts dont une vielle femme dans son appartement (grenade GLIF4 envoyée dans sa fenêtre) et on ne nous dit pas tout. "le problème est bien celui-ci : personne n'est capable de parler sans colère " et oui, qd vous vous conformez à la loi et que vous recevez des grenades et des coups de matraques sur la g... cela ne favorise pas le dialogue !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer