1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Gilets jaunes": Castaner regrette la blessure d'un manifestant
Reuters10/02/2019 à 14:05

"GILETS JAUNES": CASTANER REGRETTE LA BLESSURE D'UN MANIFESTANT

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a dit regretter dimanche la grave blessure à la main d'un manifestant lors du treizième acte des Gilets jaunes samedi à Paris, tout en assumant la nécessité d'un changement de doctrine des forces de l'ordre face à l'"ultra-violence".

Le 13e samedi de manifestations des "Gilets jaunes" a été marqué par une baisse de mobilisation, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, avec quelque 51.400 personnes en France, dont 4.000 à Paris, contre 58.600 et 10.500 samedi dernier.

Un manifestant a eu quatre doigts sectionnés, semble-t-il par l'explosion d'une grenade, lors de heurts avec les forces de l'ordre devant l'Assemblée nationale en milieu de journée.

"Je sais que l'opération a été longue ce matin, parce c'est un travail très méticuleux, et c'était une blessure grave qu'évidemment je regrette, je pense d'abord à lui", a déclaré Christophe Castaner aux Questions politiques France Inter, franceinfo et Le Monde.

"On a déclenché immédiatement une enquête judiciaire pour comprendre ce qui s'est passé", a-t-il ajouté. "Les gendarmes se sont retrouvés encerclés face à une foule très hostile, et ils ont voulu se désencercler et un manifestant (...) a voulu prendre dans la main cette grenade et elle a explosé", a-t-il dit.

Une enquête a par ailleurs été ouverte après la découverte samedi d'un tag antisémite sur la vitrine d'une boutique de bagels du Marais, a-t-on appris de source policière.

"'Juden' en lettres jaunes, comme si les plus tragiques leçons de l'Histoire n'éclairaient plus les consciences. Notre réponse : tout faire pour que l'auteur de cette ignominie soit condamné", a écrit le ministre de l'Intérieur sur Twitter. Le Crif a dénoncé "un acte qui rappelle les heures les plus sombres de l'Histoire" 

"RECONSIDÉRER NOTRE DOCTRINE"

Reconnaissant des "anomalies", le ministre de l'Intérieur a souligné que 133 plaintes avaient été déposées à l'IGPN pour des incidents impliquant les forces de l'ordre.

"Il y a 133 enquêtes précises qui sont placées sous l'autorité d'un magistrat, qui sont conduites, je souhaite qu'elles aillent vite", a-t-il déclaré.

Il s'est par ailleurs prononcé pour une éventuelle révision de la doctrine d'emploi nationale des forces de l'ordre dans les manifestations, à l'image du changement de stratégie opérée à Paris après le saccage de l'Arc de Triomphe le premier décembre.

"Depuis quelques années, l'ultra violence entre dans toutes les manifestations (...). Cette violence-là , on l'a vue dans la ZAD, nous amène à reconsidérer notre doctrine d'emploi", a-t-il déclaré.

Le ministre a défendu par ailleurs l'adoption cette semaine à l'Assemblée nationale de la loi "anti-casseurs" jugée liberticide par ses détracteurs, pour laquelle cinquante députés de la majorité se sont abstenus et qui instaure notamment une interdiction administrative de manifester.

"Ca n'est pas une loi de circonstance", a dit Christophe Castaner au sujet du texte basé sur une proposition de loi du sénateur LR Bruno Retailleau. "Je préfère avoir des contradicteurs plutôt que des casseurs dans la rue", a-t-il ajouté.

(Julie Carriat, édité par Tangi Salaün)

13 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frenchto
    10 février19:52

    Ce type qui a été blessé voulait relancer une grenade sur les policiers. Cette grenade venait de tomber. C'est un petit jeu que les casseurs aiment bien, mais il y a des doigts qui volent de temps en temps

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer