1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gilets jaunes à Paris ce samedi : le risque de la fracture
Le Parisien23/11/2018 à 23:51

Gilets jaunes à Paris ce samedi : le risque de la fracture

Les Gilets jaunes sont plus remontés que jamais, le gouvernement est sur les dents. A quelques heures d'une mobilisation au cœur de Paris - ainsi que dans plusieurs villes du pays - que les contestataires espèrent décisive, le pouvoir fourbit ses armes, les mesures que le chef de l'Etat dévoilera en personne mardi à l'Elysée. Il y a urgence. Pas question de laisser s'aggraver la fracture profonde révélée entre deux France qui ne s'aiment pas ou plus, celle des métropoles d'un côté et des territoires ruraux et périurbains de l'autre. Entre ceux, les plus modestes des Français, qui n'ont pas d'autre choix que de prendre leur voiture pour aller au travail ou accéder aux services publics. Et les urbains, nantis et disposant de tous les atouts de la ville, qui craignent davantage la fin du monde que les fins de mois. LIRE AUSSI > Les Gilets jaunes, « un mouvement très révélateur de la cassure entre deux France »Au bout d'une semaine de barrages à travers la France, le mouvement reste massif et, surtout, largement soutenu par l'opinion (jusqu'à huit Français sur dix selon un sondage Odoxa), malgré les violences qui l'ont émaillé. C'est dans un Paris ultra-sécurisé que sont attendus de pied ferme les Gilets jaunes. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et ses collègues du gouvernement ont la hantise de la « bavure », côté forces de l'ordre comme manifestants : « Notre priorité, c'est d'éviter les morts et les centaines de blessés de la semaine dernière », confie une source à Matignon. Au cœur de la capitale, à deux pas de l'Elysée et de l'Assemblée nationale, tout incident grave prendrait une dimension symbolique insupportable tant pour les gouvernants que pour l'opinion publique.Réunir les «forces vives» de la nation« C'est dommage qu'il n'y ait pas eu une déclaration commune de la part des manifestants, souligne Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • schrett
    24 novembre09:57

    Au delà des missions de maintien de l'ordre qui leur sont dévolues, les forces de police se comportent comme une garde prétorienne à la botte de l'Imperator Macron.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer