Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Ghosn : « Les procureurs le gardent en détention parce qu'il n'avoue pas »
information fournie par Le Point20/02/2019 à 14:40

Le Japon devra-t-il réviser les conditions de la détention provisoire, qui se fonde sur la recherche de l'aveu ? Sous le feu des critiques internationales, la détention prolongée de Carlos Ghosn au Japon interroge. Elle a suscité des critiques à l'étranger, elle doit être l'occasion de revoir le système judiciaire japonais, a estimé mercredi le nouvel avocat du magnat de l'automobile, insistant sur son innocence.« Les procureurs le gardent en détention parce qu'il n'avoue pas. Je voudrais que les gens se demandent si c'est approprié du point de vue des normes internationales », a déclaré Junichiro Hironaka, qui tenait à Tokyo sa première conférence de presse. « Cette affaire étant devenue internationale, je pense que c'est l'occasion d'amender le système », a-t-il insisté.Ses propos font écho à un communiqué publié plus tôt par la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et l'organisation japonaise Centre pour les droits des prisonniers, qui ont dénoncé les « graves défaillances » de la justice nipponne.Carlos Ghosn, dont l'arrestation le 19 novembre à Tokyo a secoué le monde des affaires, a été inculpé pour avoir minimisé, dans les rapports de Nissan remis aux autorités boursières, une partie de ses revenus : 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018. Il a également été mis en examen pour abus de confiance. Il risque jusqu'à 15 ans de prison.La thèse du complot brandieL'homme...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

  • 20 février14:58

    cela s'appelle les droits de l'homme, au temps des rois. Ici on est dans un empire de voitures