Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Ghosn dénonce une machination politico-économique
information fournie par Le Point24/10/2019 à 17:19

Carlos Ghosn n'a rien à se reprocher, c'est au contraire la victime d'une sombre machination pour faire capoter une intégration Renault-Nissan poussée par l'État français. Son arrestation et ses inculpations au Japon sont le résultat d'une discrimination « en raison de sa race, de sa nationalité et de son niveau de vie ». Voilà résumée la ligne de défense dévoilée ce jeudi à Tokyo par les avocats de l'ex-grand patron de l'empire Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, défenseurs qui réclament rien de moins que la nullité des poursuites.Au fil de dizaines de pages d'argumentaire déposées auprès du tribunal de Tokyo en prélude à une audience préliminaire tenue ce jeudi à huis clos avec l'illustre prévenu, l'équipe de défense de M. Ghosn ne mâche pas ses mots : « conspiration, illégalité, partialité, droits de l'intéressé bafoués » : l'enquête de l'unité spéciale du bureau des procureurs de Tokyo, qui a arrêté M. Ghosn il y a près d'un an, avant de l'inculper et de le maintenir en détention quelque 130 jours en tout, est décrite comme une vaste fumisterie.Lire aussi Carlos Ghosn, l'histoire que l'on n'a pas racontée« Une task force secrète »Au fil des pages du document également communiqué à la presse, les enquêteurs sont relégués au rang d'exécuteurs des basses ?uvres des dirigeants de Nissan et de leurs complices, en l'espèce des responsables du ministère japonais de l'Industrie (Meti), lesquels auraient non...

Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

  • 24 octobre17:52

    C'est bizarre , dans l'article , il ne dit pas que la France l'a laissé tomber !!!