Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Ghosn avait décroché 90 millions d'euros pour rester en Grande-Bretagne
information fournie par Le Point05/02/2019 à 09:55

On savait Carlos Ghosn redoutable en affaires, mais il est peut-être le seul à avoir su négocier l'après-Brexit avec un joli capital alloué par le gouvernement pour l'inciter à rester en Grande-Bretagne. L'abandon par Nissan de son projet d'assembler un nouveau crossover dans le nord-est de l'Angleterre constitue a priori un revirement spectaculaire du constructeur japonais, mais rien ne permet de laisser croire qu'il va réduire son activité. Aucun plan de chômage n'a été annoncé et ce qui peut apparaître comme un brutal coup de frein pour l'industrie automobile britannique à deux mois du Brexit n'en est peut-être pas un.

Dimanche, le groupe japonais était revenu sur sa décision, dévoilée en octobre 2016, d'assembler le X-Trail pour le marché européen dans sa gigantesque usine britannique, sa plus grande du continent. Nissan a évoqué notamment « l'incertitude persistante » quant à la forme future du Brexit. À la place, ce 4x4, qui est la version allongée du Qashqai et de ce fait est proposé en sept places, sera désormais fabriqué à Kyushu, l'île du sud du Japon où il est déjà assemblé pour d'autres marchés.

Cette annonce a fait l'effet d'une douche froide dans les fraîches contrées septentrionales où se situe Sunderland, une cité de près de 300 000 habitants sauvée de la désindustrialisation par l'arrivée du constructeur japonais dans les années 1980 et qui a voté majoritairement (à 61 %) pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

3 commentaires

  • 05 février10:18

    homlib ; quel rapport ??????????????????