Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gérard Depardieu continue d'alimenter le débat en France

Reuters06/01/2013 à 14:44

JÉRÔME CAHUZAC JUGE L'EXIL DE DEPARDIEU DÉRISOIRE

PARIS (Reuters) - L'exil de Gérard Depardieu est "un peu dérisoire", a jugé dimanche le ministre français du Budget, alors que l'acteur a reçu un passeport russe après avoir choisi de s'établir en Belgique pour des raisons fiscales.

La décision du comédien, l'un des mieux payés du cinéma français, avait été jugée "assez minable" par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, dans un climat de controverse aiguë sur la politique fiscale du pouvoir socialiste français, jugée confiscatoire par certains hauts revenus du pays.

"Je trouve un peu dérisoire que pour des raisons fiscales, cet homme décide de s'exiler si loin à l'Est. La nationalité est un bien précieux, un bien qui nous est commun", a déclaré Jérôme Cahuzac dans le cadre du "Grand Rendez-vous" Europe 1/i>TELE/Le Parisien Aujourd'hui en France.

"Faire preuve d'un patriotisme de bon aloi quand le pays est appelé à un effort rude, incontestablement difficile, donner l'impression qu'on s'exonère de ce patriotisme, je trouve ça infiniment regrettable", a-t-il ajouté.

La députée UMP Valérie Pécresse, qui précédait Jérôme Cahuzac à Bercy, déclare qu'elle "souffre de voir la France devenir la risée du monde".

"Il faut bien comprendre que le seuil de tolérance fiscale est dépassé", déclare-t-elle dans un entretien au Journal du Dimanche, évoquant notamment la contribution exceptionnelle de 75% sur les revenus supérieurs à un million d'euros par an décidée par François Hollande et censurée par le Conseil constitutionnel.

Une nouvelle disposition, aménagée mais "dans le même esprit", est en préparation.

"IL FAUT ARRÊTER ÇA"

"La censure des 75% est un premier avertissement: en France, les impôts ne peuvent pas être confiscatoires. Cela entraîne le départ des plus riches et, beaucoup plus grave, la délocalisation des emplois et des centres de décision par les entreprises, un phénomène qui ne se voit pas pour le moment mais qui se traduira dans les chiffres du chômage", estime Valérie Pécresse.

"Au final, ce seront les classes moyennes qui devront payer les impôts. On va vers une révolte fiscale des classes moyennes", affirme l'ancienne ministre du Budget.

Dans une interview dont l'intégralité sera diffusée lundi sur RTL, Elisabeth Depardieu, ex-épouse du comédien, juge "absurde de taper comme ça sur lui, alors qu'il était si facile peut-être de le récupérer".

"C'est quelqu'un qui est parti parce qu'il manquait d'attention, d'amour. Quand il se sent refusé, il devient provocateur, il va essayer de ressembler à ceux dont on a peur", explique-t-elle, selon des extraits diffusés dimanche.

"C'est quelqu'un qui a toujours travaillé, qui n'a jamais pris un jour de vacances de sa vie, qui travaille, qui travaille et qui travaille, et qui a la responsabilité d'entreprise", a-t-elle souligné.

"Moi je trouve très injuste cette curée. (...) Ce que je sais, c'est qu'il faut arrêter ça, parce que c'est quelqu'un qui est apparemment très fort et je pense que vous sentez bien qu'il ne l'est pas tant que ça. Il peut dérailler, il peut dire n'importe quoi". "Je pense qu'il n'a pas pris la mesure de son acte en partant, mais là, la mesure, on la lui a donnée".

Sophie Louet

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.