1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

General Electric envisage jusqu'à 470 suppressions de postes en France
Le Parisien22/01/2019 à 21:06

General Electric envisage jusqu'à 470 suppressions de postes en France

Le géant américain General Electric (GE) envisage de supprimer jusqu'à 470 postes à travers la France, pour l'essentiel via des ruptures conventionnelles collectives, selon des syndicats. Sont concernés 149 postes chez Power Conversion France, 90 chez Grid et 229 (dont 146 à Belfort) chez Alstom Power System, a-t-on précisé de mêmes sources. GE a ouvert des négociations afin de réduire ses effectifs en France, hors Boulogne-Billancourt (siège du groupe dans l'Hexagone), à travers le dispositif de rupture conventionnelle collective instauré par les ordonnances Macron de septembre 2017, toujours selon ces sources syndicales.Les syndicats inquiets du « maintien des compétences et des expertises »« GE procède actuellement à une revue de ses activités pour s'assurer qu'elles sont les mieux à même de répondre aux réalités du marché et permettre leur succès à long terme », a déclaré la direction de la communication à Belfort.« Dans cet esprit, GE a entamé des discussions avec les représentants du personnel d'APS (Alstom Power Systems) sur la faisabilité d'un plan de départs volontaires dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective », a-t-elle poursuivi, précisant ne pas être « en mesure de partager plus d'informations à ce stade ».Dans un tract commun, la CFDT et la CFE-CGC d'Alstom Power System s'inquiètent des « conséquences des réductions d'effectifs sur la continuité des activités, sur le maintien des compétences et des expertises » et demandent des embauches pour compenser ces éventuelles pertes de compétences.Des premiers départs dès avril ? Pour cette entité de GE, le plan de rupture conventionnelle collective est complété par un « projet seniors » qui concerne l'ensemble des établissements et les 1 844 emplois en CDI. Les 229 postes visés le sont à travers les deux dispositifs de départs.La CGT demande quant à elle « un plan ambitieux d'embauches avec la mise en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    23 janvier07:25

    Livre " Le piège Americain ", comment Macron a validé la vente aux Americains d'un secteur ultra stratégique puisqu'il touche nos centrales nucléaires. Mais c'est pas le petit qui a mangé le chocolat...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer