Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gel : la catastrophe se confirme dans l'agriculture française
Boursorama avec Media Services08/04/2021 à 14:15

La vague de froid a provoqué des ravages qui se constatent déjà sur une grande partie de l'hexagone.

(illustration) ( AFP / JEFF PACHOUD )

(illustration) ( AFP / JEFF PACHOUD )

Viticulteurs, arboriculteurs... Les températures glaciales de ce début avril font craindre un désastre pour la filière agricole française, après plusieurs nuits où le thermomètre est descendu bien en-dessous de 0°C dans de nombreuses régions. Dans le sud-est ainsi qu'en Bourgogne, le mercure est ainsi descendu près de -5°C, voire -7°C.

Dans la vallée du Rhône, les arboriculteurs n'ont pu lutter face aux fortes gelées qui ont touché leurs vergers dans la nuit de mercredi à jeudi, avec des pertes considérables à la clef. "Au moins 80% de notre production est touchée", explique Daniel Betton installé à Mercurol-Veaunes (Drôme) qui exploite 55 hectares de vergers d'abricotiers. "Les fruits qui étaient déjà sortis ont changé de couleur. A l'intérieur, l'amande est passée de blanche à brunâtre".  Lui et son fils ont utilisé sans succès des bougies chauffantes pour tenter de lutter contre le froid annoncé.

Les techniques d'urgence n'ont pas eu l'effet escompté

"La température est devenue négative à partir de minuit et sur les coups de 7 heures, on est descendu à -4 degrés. Un petit vent a empêché la chaleur de se diffuser correctement", se désole t-il. "On a des avances de végétation d'au moins 15 jours par rapport aux autres années, ce qui fait que les conséquences s'annoncent redoutables puisque les abricots en étaient déjà au stade de petits fruits", indique Bruno Darnaud, secrétaire de la chambre d'agriculture de la Drôme, chargé de l'arboriculture. "Les arboriculteurs ont lutté toute la nuit. Ceux qui ont irrigué pour protéger ont eu l'effet inverse, tant le froid était sec, ils se sont retrouvés avec jusqu'à 4 centimètres de givre sur certains arbres", décrit t-il encore.

Dans l'Ardèche voisine, "on est descendu jusqu'à moins 7 degrés dans certains vergers", annonce Bernard Habauzit, responsable de la gestion des calamités agricoles à la chambre d'agriculture de ce département.

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a réagi dans la matinée, assurant les professionnels du soutien de la région. "Tout mon soutien à nos agriculteurs et nos viticulteurs, durement touchés par le gel cette nuit. Depuis 2016, la région est aux côtés de ses producteurs. Elle le sera encore dans cette épreuve", a t-il déclaré. Dans la région Sud, le président Renaud Muselier s'est alarmé de la situation dans le Vaucluse et les départements alpins, annonçant 500.000€ "immédiatement débloqués pour ne laisser personne sur le bord du chemin".

Dans le vignoble bordelais, les températures négatives ayant atteint par endroits -5 degrés dans la nuit de mardi à mercredi faisaient craindre à plusieurs appellations du Bordelais un constat "amer" de l'impact du gel sur le vignoble, même si le terrible bilan de 2017 ne semblait pas redouté à ce stade. En Bourgogne, de nombreuses exploitations rapportent des pertes importantes, notamment dans le Chablis où les températures sont descendues à -7°C.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • brun3686
    08 avril15:28

    Dans les Landes, mais plus un kiwi à venirdans le quartier. et la vigne pareil..

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer