Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gel: Castex annonce un fonds d'un milliard d'euros pour les agriculteurs
AFP17/04/2021 à 13:07

Le Premier ministre Jean Castex (d) se fait montrer les dégâts dus au gel par un vigneron près à Montagnac, près de Béziers, le 17 avril 2021 ( POOL / Sylvain THOMAS )

Le Premier ministre Jean Castex (d) se fait montrer les dégâts dus au gel par un vigneron près à Montagnac, près de Béziers, le 17 avril 2021 ( POOL / Sylvain THOMAS )

Jean Castex a annoncé samedi à Montagnac (Hérault) la création d'un "fonds de solidarité exceptionnel" d'un milliard d'euros pour les agriculteurs touchés par l'épisode de gel intense qui frappe la France depuis près de deux semaines.

"L'Etat doit être à la hauteur de cette catastrophe. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Je suis venu annoncer un effort significatif de l'Etat à hauteur d'un milliard d'euros, car la situation le justifie", a déclaré le Premier ministre à l'issue d'une table ronde avec des représentants agricoles et des élus. 

Ce fonds s'ajoute à toutes les autres aides versées et se déclenche en fonction des "pertes réelles" subies, qui seront déclarées dans les mois à venir par les producteurs.

Face à cette catastrophe qui a détruit plusieurs centaines de milliers d'hectares de cultures, le Premier ministre a décliné plusieurs mesures d'urgence "qui seront rapidement déployées". 

Il a évoqué ainsi le report et l'exonération de charges sociales, des dégrèvements de taxes foncières sur le non bâti (TFNB), ainsi que la mobilisation des dispositifs existants en matière d'activité partielle.

Une enveloppe d'urgence sera par ailleurs allouée "sous dix à quinze jours" aux préfets pour apporter un soutien immédiat aux exploitations les plus en difficulté.

L'indemnisation des arboriculteurs au titre du dispositif des calamités agricoles sera portée jusqu'à 40% pour les pertes les plus importantes. Pour les autres filières qui ne sont pas aujourd'hui couvertes par ce régime de calamités agricoles, notamment les viticulteurs, un soutien exceptionnel similaire sera mis en place.

C'est donc dans l'attente de ces aides, qui nécessitent de connaître encore l'ampleur des pertes agricoles, qu'une aide forfaitaire basée sur la perte de chiffre d'affaires mensuel sera accordée "sur le modèle du fonds de solidarité mis en place pour la crise sanitaire".

Ce fonds sera aussi ouvert aux entreprises en aval de ces filières et qui sont impactées par l'absence de récolte à conditionner ou à transformer (fabrication de confitures...)

Un tiers au moins de la production viticole française "sera perdu" à cause du gel, ce qui représente "à peu près deux milliards d'euros de chiffre d'affaires en moins" pour la filière, selon une première estimation communiquée à l'AFP par le secrétaire général de la FNSEA Jérôme Despey.

Pour les fruits, Bruno Darnaud, président de l'AOP pêche et abricots de France, estime que la France peut s'attendre à perdre cette année "la moitié" de sa production, soit un manque à gagner d'un milliard et demi d'euros.

"L'heure est grave", a insisté le Premier ministre lors de la table ronde, précisant que ces mesures sont "encore partielles et mériteront d'être complétées", notamment dans le cadre de la révision de la politique agricole commune (PAC).

"Nous avons besoin d'une agriculture forte, c'est une question de souveraineté, de compétitivité. On va vous aider à vous relever", a-t-il promis.

lpb-jk/bow

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mxnagg
    17 avril20:46

    il faut aller plus loin et proposer plein de milliards pour engraisser les propriétaires château de pinard ! pour les gueux producteur de choux-fleurs soyons clair ! Rien a F...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer