Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB-Les députés autorisent les fécondations in vitro à "trois ADN"

Reuters03/02/2015 à 19:39

par Kate Kelland LONDRES, 3 février (Reuters) - Les députés britanniques se sont prononcés mardi en faveur d'une technique de fécondation in-vitro "à trois ADN" qui permettra d'empêcher la transmission de maladies incurables héréditaires mais constitue, selon ses détracteurs, une première étape vers la fabrication de "bébés à la demande". A l'issue d'une heure et demie de débat, les élus de la Chambre des communes ont voté par 382 voix contre 128 en faveur de cette technique de fécondation in-vitro (FIV) avec remplacement mitochondrial, qui ouvre la voie à la conception de bébés à partir de l'ADN de trois personnes - un père, une mère et un donateur de sexe féminin. La Grande-Bretagne est le premier pays au monde à autoriser une telle technologie, qui ouvre la voie à une première médicale malgré les contestations qu'elle suscite, dans les milieux religieux notamment. Le principe est de retirer de l'ovule de la mère la mitochondrie, qui agit comme fournisseur d'énergie à l'intérieur d'une cellule, lorsqu'elle porte des affections héréditaires, et de la remplacer par la mitochondrie saine d'une autre femme. L'ADN de la mitochondrie est distincte de l'ADN contenu dans le noyau d'une cellule et n'a pas d'incidence sur la transmission de caractères génétiques comme la couleur des yeux, l'apparence physique ou les traits de personnalité. Une mitochondrie défectueuse peut en revanche donner lieu à des troubles cardiaques et hépatiques ou à des maladies comme la myopathie ou le diabète. Les maladies mitochondriales affectent environ un enfant sur 6.500 dans le monde. Aucune consigne de vote n'avait été donnée à la Chambre des Communes et le Premier ministre britannique David Cameron a fait savoir qu'il votait pour, ajoutant qu'il ne s'agissait pas de "jouer à Dieu". Le député conservateur Jacob Rees-Mogg a au contraire annoncé sur les ondes de la BBC qu'il voterait contre. "Pour le moment, la limite est claire, les bébés ne peuvent pas être génétiquement modifiés. Mais une fois qu'on a décidé que c'était possible, même pour un petit nombre de gènes, on fait quelque chose de très profond", a-t-il dit. (Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.