1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

GB/Indicateurs-Le déficit commercial se creuse au 1er trimestre

Reuters08/05/2015 à 11:11

LONDRES, avril (Reuters) - Les principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés ce mois-ci : * DÉFICIT MARCHAND PLUS ÉLEVÉ QUE PRÉVU EN MARS 8 mai - Le déficit des échanges de biens a été plus important que prévu en mars en Grande-Bretagne, dont la balance commerciale s'est dégradée au cours du premier trimestre, montrent les données publiées vendredi par l'Office de la statistique nationale (ONS). Ce déficit s'est établi à 10,122 milliards de livres sterling (13,923 milliards d'euros) en mars après 10,799 milliards en février, mois pour lequel il a été révisé en forte hausse, de 459 millions par rapport à la première estimation. Les économistes s'attendaient à un déficit de 9,8 milliards de livres en mars. Avec l'excédent dégagé dans le secteur des services, le déficit commercial de la Grande-Bretagne s'est réduit d'un peu plus de 500 millions de livres à 2,817 milliards en mars, mais il s'est creusé sur l'ensemble du premier trimestre à 7,481 milliards après 5,968 milliards sur les trois derniers mois de 2014. Un responsable de l'ONS a dit que cette situation ne freinerait que très légèrement la croissance de l'activité au premier trimestre, période sur laquelle les exportations ont reculé de 3,6% et les importations de 1,9%. Tableau ID:nL9N0JK00F * PIB EN HAUSSE DE 0,3% AU T1 2015 28 avril - L'économie a ralenti plus nettement que prévu au cours du premier trimestre, alors que le Premier ministre conservateur David Cameron a axé sa campagne pour les élections législatives du 7 mai sur sa capacité à garantir une reprise vigoureuse. Le produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne a progressé de 0,3% sur la période janvier-mars par rapport au trimestre précédent, lorsqu'elle avait été de 0,6%, a annoncé mardi l'Office des statistiques nationales (ONS). Il s'agit de la croissance la plus faible depuis le quatrième trimestre 2012, précise l'ONS. A cette époque, certains observateurs craignaient de voir l'économie britannique retomber en récession. Selon leur prévision médiane, les économistes interrogés par Reuters ne s'attendaient qu'à un ralentissement marginal de la croissance, à 0,5%, au premier trimestre. Tableau de la statistique ID:nL9N0JK01Q * LES VENTES AU DÉTAIL DE MAUVAIS AUGURE POUR LA CROISSANCE 23 avril - Les ventes au détail ont baissé contre toute attente en mars, affectées par le plus fort recul des ventes de carburants survenu en un peu moins de trois ans, faisant craindre encore un peu plus un ralentissement de la croissance en début d'année 2015. Les ventes ont baissé de 0,5% sur le mois, alors qu'elles étaient attendues en hausse de 0,4%, a annoncé jeudi l'Office national de la statistique. Elles affichent sur un an une hausse de 4,2%, bien inférieure au consensus qui donnait une croissance de 5,4%. Les ventes de carburants ont chuté de 6,2% en mars, par rapport à février, un recul sans précédent depuis avril 2012, année où des pénuries avaient perturbé l'approvisionnement. Tableau: ID:nL9N0CA01P * MOINS DE DÉFICIT PUBLIC EN MARS 23 avril - Le ministre des Finances George Osborne a atteint son objectif de réduire le déficit budgétaire de l'exercice 2014-2015 clos le 31 mars dernier. Les emprunts nets du secteur public, qui excluent les banques contrôlées par l'Etat, ont totalisé 7,4 milliards de livres en mars, en baisse de 5,6% sur mars 2014. Pour un mois de mars, c'est le montant le plus bas depuis 2004. Le consensus Reuters donnait 7,1 milliards de livres. Le déficit 2014-2015 est de 87,3 milliards de livres, bien en deçà d'un consensus le donnant à 90,2 milliards. Il représente 4,8% du PIB, ce qui est lourd au point de vue des comparaisons internationales. Tableau: ID:nL9N0PR02M * TAUX DE CHÔMAGE DE 5,6% SUR LES TROIS MOIS À FIN FÉVRIER 17 avril - Le nombre de personnes ayant un emploi a connu sa plus forte augmentation en près d'un an sur les trois mois à fin février et le taux de chômage sur cette période est tombé à un creux de près de sept ans, selon des données officielles publiées vendredi. L'Office des statistiques nationales (ONS) a également dit que la croissance moyenne des revenus hebdomadaires avait été de 1,7% sur les trois mois à fin février, contre +1,9% sur les trois mois à fin janvier. Il s'agit des dernières données en termes d'emploi et de salaires publiées avant les élections législatives du 7 mai, qui s'annoncent comme les serrées depuis les années 1970. Le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté de 248.000, la plus forte hausse avril 2014, pour atteindre un niveau record de 31,049 millions, précise l'ONS. Le taux de chômage est revenu à 5,6%, un plus bas depuis juillet 2008, contre 5,7% en janvier. Il était de 7,9% lors des élections législatives de 2010, qui avaient porté au pouvoir l'actuelle coalition gouvernementale dirigée par le Premier ministre conservateur David Cameron. * L'INFLATION RESTE NULLE EN MARS 14 avril - L'inflation est demeurée nulle au mois de mars, montrent les données publiées mardi par l'Office des statistiques nationales (ONS). L'indice des prix à la consommation a progressé de 0,2% de février à mars mais se maintient à zéro sur un an, un taux conforme aux attentes des économistes et très éloigné de l'objectif de 2% défini par la Banque d'Angleterre (BoE). En ajoutant une décimale, le taux d'inflation ressort même négatif à 0,01%, du jamais vu depuis l'instauration de cette mesure en 1989. Peu d'économistes estiment cependant que l'économie britannique est menacée par une déflation chronique à la japonaise, un risque qui a été évoqué pour la zone euro. Les chiffres publiés mardi ne devraient pas entraîner de réponse de politique monétaire de la part de la BoE. La plupart des économistes interrogés par Reuters estiment qu'il faudra attendre le début de l'année prochaine pour voir la banque centrale commencer à relever ses taux d'intérêt. Tableau de la statistique: ID:nL9N0CV046 * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE AUGMENTE À PEINE EN FÉVRIER 10 avril - La production industrielle a à peine augmenté en février et s'est contractée dans le secteur de la construction, un nouveau signe d'essoufflement de la reprise au premier trimestre, peu avant les élections législatives. Selon des chiffres de l'Office des statistique nationales(ONS) publiés vendredi, la production industrielle n'a augmenté que de 0,1% sur un mois, affectée par un net recul de la production de pétrole et de gaz. Les économistes interrogés par Reuters attendaient une croissance de 0,3% en moyenne. La production dans le secteur de la construction a diminué de 0,9% en février, alors que les anticipations étaient d'une hausse de 2,0%. La croissance de l'économie britannique a été de 2,8% en 2014, le rythme le plus rapide parmi toutes les économies avancées. Mais il y avait déjà eu des signes de ralentissement en début d'année 2015, y compris une contraction en janvier dans les services, le segment le plus important de l'économie. Une première estimation de la croissance du PIB au premier trimestre devrait être publiée neuf jours avant les élections. La production manufacturière a crû de 0,4% en février, un taux conforme aux attentes des économistes, après une contraction de 0,6% en janvier, imputable à une chute de l'activité dans le secteur informatique. Par rapport à février 2014, la production industrielle dans son ensemble a augmenté de 0,1% et la production manufacturière de 1,1%, deux chiffres inférieurs aux attentes. Tableau: ID:nS8N0TV019 * DÉFICIT DES ÉCHANGES DE BIENS À UN CREUX DE SEPT MOIS 9 avril - Le déficit des échanges de biens s'est creusé davantage que prévu en février pour atteindre 10,34 milliards de livres sterling (14,23 milliards d'euros), la valeur des exportations étant tombée à un creux de plus de quatre ans, montrent les données publiées jeudi par l'Office des statistiques nationales. Ce déficit est plus important que toutes les prévisions des économistes interrogés par Reuters et témoigne d'une détérioration par rapport au mois de janvier, pour lequel il a finalement été de 9,17 milliards, un montant revu en hausse. Les exportations de biens ont plongé à 23,16 milliards de livres, un creux qu'elles n'avaient plus atteint depuis septembre 2010. Cela reflète essentiellement un recul des ventes à destination des Etats-Unis. En incluant les services, le déficit commercial s'est aussi creusé à 2,86 milliards de livres après 1,54 milliard. Tableau ID:nL9N0JK00F

 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • guerber3
    23 avril11:27

    Pourvu que la spéculation, la corruption et la fausse monnaie restent en forme, sinon...!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.