Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

Pétrole Brent

79.98USD
+0.72% 
valeur indicative 67.88 EUR

XC0009677409 BRN

Ice Europ données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    79.36

  • clôture veille

    79.41

  • + haut

    79.99

  • + bas

    79.33

  • +haut 12 derniers mois

    80.50

  • +bas 12 derniers mois

    44.35

  • volume

    93 207

  • dernier échange

    22.05.18 / 14:43:07

  • + Alerte

  • + Liste

    Ajouter Pétrole Brent à mes listes

    Fermer

GB/Indicateurs-Chômage stable, la croissance des salaires ralentit

Reuters17/02/2016 à 11:41
    LONDRES, 17 février (Reuters) - Les principaux indicateurs 
macro-économiques britanniques publiés ce mois-ci: 
     
    * LE TAUX DE CHÔMAGE INCHANGÉ, LA CROISSANCE DES SALAIRES 
FREINÉE 
    17 février - Le taux de chômage en Grande-Bretagne est resté 
inchangé à 5,1% au quatrième trimestre, montrent les 
statistiques officielles publiées mercredi, mais la croissance 
des salaires a ralenti.  
    Le nombre de demandes d'indemnisation chômage a lui diminué 
de 14.800 en janvier à 760.200, son plus bas niveau depuis 1975. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne un recul du taux de chômage à 5,0% et une baisse de 
3.000 seulement des demandes d'indemnisation. 
    La hausse des salaires en rythme annuel est revenue à 1,9% 
sur octobre-décembre, le chiffre le plus faible enregistré 
depuis février. Hors prime, les rémunérations ont progressé en 
moyenne de 2,0% sur un an sur les trois derniers mois de 2015.  
    "Alors que le taux d'emploi continue d'atteindre de nouveaux 
plus hauts et que les postes vacants sont plus nombreux que 
jamais, la croissance des rémunérations reste contenue et 
nettement inférieure au pic précédent de la mi-2015", constate 
Nick Palmer, statisticien de l'ONS, l'institut national de la 
statistique.  
     
    Tableau   
     
    * LE TAUX D'INFLATION À UN PLUS HAUT D'UN AN EN JANVIER 
    16 février - Le taux d'inflation britannique s'est établi à 
son plus haut niveau depuis un an en janvier, laissant entrevoir 
des signes modestes d'une remontée des prix à la consommation 
après une année 2015 marquée par des plus bas records, montrent 
des données officielles publiées mardi. 
    Les prix à la consommation ont diminué en janvier de 0,8% 
sur un mois, reflétant les promotions d'après les fêtes et une 
baisse des tarifs aériens. Mais sur un an, ils ont progressé de 
0,3%, soit le rythme annuel le plus élevé depuis janvier 2015, 
selon l'Office national de la statistique (ONS), et conformément 
aux attentes des économistes interrogés par Reuters. 
    En 2015, le taux d'inflation s'était établi à zéro en 
moyenne, du jamais vu depuis le début des statistiques en 1950. 
    La Banque d'Angleterre (BoE) a dit début février s'attendre 
à une inflation inférieure à 1% pour 2016, un taux très éloigné 
de son objectif de 2%, qu'elle estime néanmoins pouvoir 
atteindre à un horizon de deux ans.   
    La remontée de l'inflation en janvier est due à une moindre 
baisse du prix des denrées alimentaires et de l'énergie par 
rapport à l'année précédente, et à une légère progression de 
ceux de l'habillement, a précisé l'ONS. 
    Le pétrole de la Mer du Nord  LCOc1  est tombé à un bas 
record de 27,10 dollars (24,25 euros) le mois dernier, en baisse 
de près de moitié en 12 mois. Mais le prix des carburants et 
lubrifiants n'a baissé que de 7,3% par rapport à janvier 2015, 
son recul le plus faible depuis novembre 2014. 
    L'inflation dite de base, qui exclut les prix de l'énergie, 
des aliments, de l'alcool et du tabac, a diminué plus que prévu, 
de 1,2%, en raison d'une forte baisse des billes d'avion. 
    Les prix producteurs ont reculé de 1,0%, contre un recul de 
0,9% prévu par les économistes. 
    L'ONS a par ailleurs fait état pour décembre d'une hausse de 
6,7% des prix immobiliers en rythme annuel, après +7,7% en 
novembre. 
    Tableau   
     
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN BAISSE DE 1,1% EN DÉCEMBRE 
    10 février - La production industrielle britannique a subi 
en décembre sa plus forte contraction mensuelle depuis 2012 en 
raison notamment du recul de l'extraction minière, pétrolière et 
gazière et de la production manufacturière, montrent les données 
publiées mercredi par l'Office national de la statistique (ONS). 
    L'ONS a aussi révisé à la baisse sa prévision de production 
industrielle au quatrième trimestre pour anticiper désormais un 
déclin de 0,5% contre un recul précédemment estimé à 0,2%. Il 
précise que cela aura un impact négligeable sur son estimation 
du produit intérieur brut (PIB). 
    La production industrielle a baissé de 1,1% sur un mois en 
décembre après -0,8% le mois précédent. Les économistes 
interrogés par Reuters s'attendaient à une contraction limitée à 
0,1%. 
    La production manufacturière a enregistré en décembre un 
troisième repli mensuel consécutif (-0,2%), une première depuis 
début 2009. 
    La production industrielle et la production manufacturière 
ont toutes deux subi en décembre leur plus forte baisse annuelle 
depuis mi-2013.     
    Tableau   
    
    * LE DÉFICIT COMMERCIAL S'EST CREUSÉ À £10,35 MDS AU T4 
    9 février- Le déficit commercial du Royaume-Uni avec le 
reste du monde s'est creusé au quatrième trimestre et a 
probablement pesé sur la croissance, en dépit d'une amélioration 
sur le seul mois de décembre. 
    Selon les données publiées mardi par l'institut national de 
la statistique (ONS), le déficit commercial total (biens et 
services) a atteint 10,352 milliards de livres (13,373 milliards 
d'euros) contre 8,575 milliards au troisième trimestre. Sur 
l'ensemble de 2015, il a totalisé 125,028 milliards de livres, 
un record, contre 123,143 milliards en 2014. 
    Sur le seul mois de décembre, le déficit commercial a reculé 
toutefois à 2,709 milliards contre 4,031 milliards, à la faveur 
de la baisse en valeur des importations pétrolières revenues à 
leur plus bas niveau depuis février 2009. Le cours du Brent 
 CLc1  a baissé de 16% en décembre et de 35% sur l'ensemble de 
2015, au profit du commerce extérieur britannique puisque le 
pays est à présent importateur net de pétrole. 
    Le déficit des seules marchandises a diminué à 9,917 
milliards de livres contre 11,503 milliards, à comparer à un 
consensus de 10,4 milliards. 
    Le déficit pour le commerce de marchandises avec les autres 
pays de l'Union européenne (UE) s'est creusé à 23,191 milliards 
de livres au quatrième trimestre, un record.  
    Au troisième trimestre, le déficit commercial avait amputé 
d'un point le taux de croissance qui avait ralenti à 0,4%. 
    Tableau   
 
 (Service économique) 
  
 
 

Valeurs associées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.