Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GB/Elections-Forte percée des nationalistes écossais

Reuters08/05/2015 à 05:38

* Le SNP aurait 58 des 59 sièges attribués à l'Ecosse * Il prend notamment des sièges au Labour * Une étudiante de 20 ans, plus jeune députée depuis le 19e siècle (Actualisé avec précisions) par Angus MacSwan et Alistair Smout EDIMBOURG/GLASGOW, 8 mai (Reuters) - Le Parti national écossais (SNP) a effectué une percée remarquée aux élections législatives de jeudi au Royaume-Uni, raflant la quasi-totalité des sièges en Ecosse, selon un sondage sortie des urnes publié pour les chaînes de télévision. Le SNP obtiendrait 58 des 59 sièges réservés à l'Ecosse, contre six obtenus en 2010 lors des précédentes élections. Parmi ses premiers trophées figure la prise de la circonscription de Kirkcaldy et Cowdenbeath, qui fut le fief de l'ancien Premier ministre travailliste Gordon Brown. Le SNP ne jouera toutefois pas le rôle d'arbitre ou de faiseur de rois qu'il se serait vu jouer à la Chambre des communes. Compte tenu de la nette avance du Parti conservateur du Premier ministre David Cameron, qui aurait obtenu 316 sièges, la perspective d'une alliance SNP-Labour pour contraindre David Cameron à quitter le pouvoir n'est plus d'actualité. Le Labour (travaillistes) d'Ed Miliband est a priori loin derrière les conservateurs avec 239 sièges. Ces résultats éclairent d'une lumière crue la division politique entre l'Angleterre et l'Ecosse et sont de nature à encourager les Écossais à demander l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse après voir perdu de peu celui organisé il y a huit mois. Jeudi, le SNP a également battu le travailliste Douglas Alexander, coordinateur de campagne du Labour et "ministre" des Affaires étrangères au cabinet fantôme travailliste, grâce à une jeune étudiante de 20 ans, Mhairi Black. Celle-ci devient la plus jeunes députée de la Chambre des communes depuis le XIXe siècle. Le chef du Labour en Ecosse, Jim Murphy, a lui aussi perdu son siège face au SNP. DÉÇUS PAR LE LABOUR Même si elle n'était pas candidate à un siège aux Communes, la chef de file du SNP, Nicola Sturgeon, s'est révélée comme la star de la campagne électorale. "Nous avons dit durant la campagne que les députés du SNP seraient élus pour faire entendre la voix de l'Ecosse et c'est exactement ce que nous entendons faire", a déclaré Nicola Sturgeon à Glasgow. Durant la campagne, le SNP, qui est positionné au centre gauche, avait offert de travailler avec le Labour pour faire tomber les Conservateurs et avec eux les mesures d'austérité. Le chef du Labour Ed Miliband avait exclu une coalition, soulignant qu'il était susceptible de remporter la majorité absolue. Depuis le référendum, de nombreux Écossais ont semblé déçus par le Labour, traditionnellement bien implanté en Ecosse. Ils estiment qu'il s'est par trop éloigné de la gauche pour se rapprocher d'un mode de pensée conservateur. Certains en Ecosse surnomment le Labour les "Red Tories" (les Tories rouges). Nicola Sturgeon, décrite par ses ennemis politiques comme "la femme la plus dangereuse de Grande-Bretagne", mais figure politique la plus populaire du pays selon les sondages, a souligné que l'élection de jeudi n'était pas celle de l'indépendance pour le SNP. "Même si (...) le SNP remporte chaque siège en Ecosse, ce n'est pas un mandat pour l'indépendance ou un second référendum. Le sujet de ce scrutin n'est pas l'indépendance", a-t-elle déclaré mercredi. Mais ses opposants estiment que le but du SNP est bien d'avoir un deuxième référendum. David Cameron a décrit la perspective d'un Labour allié au SNP pour diriger le Royaume-Uni de recette pour le chaos et l'éclatement potentiel du Royaume-Uni. Tous les électeurs du SNP ne sont pas pour l'indépendance. Les sondages sur la question montent que le sentiment sur la question n'a pas beaucoup changé depuis le référendum. Un facteur à considérer est la promesse de David Cameron d'organiser en 2017 un référendum sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. Nicolas Sturgeon a dit que cela irait contre le souhait de l'Ecosse. (Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.