1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gaza : le désarroi des blessés palestiniens
Le Point17/05/2018 à 18:50

En équilibre sur un pied, Mohtasem el-Mazloum tente de s'engouffrer dans un 4X4 tout en essayant de ne pas plier sa jambe droite, entourée de bandages. Entré le 14 mai dernier dans l'hôpital al-Shefa du nord de Gaza, cet étudiant de 20 ans a dû sortir ce jeudi matin, faute de place au bloc opératoire. Son genou perforé par une balle doit pourtant être totalement reconstruit. « Je n'ai reçu que les soins de première urgence et je prends des antibiotiques en attendant », explique le jeune homme. Les médecins lui ont dit de revenir la semaine prochaine, en espérant avoir un créneau pour lui remplacer ses articulations détruites.

Quatre jours après la journée la plus meurtrière des marches du Retour, déclenchées le 30 mars dernier, le plus grand hôpital de Gaza est toujours submergé. Et pour cause, au moment où les États-Unis célébraient l'ouverture de leur ambassade à Jérusalem, l'équipe médicale d'al-Shefa a vu affluer 500 blessés d'un coup. En théorie, elle ne peut en accueillir que 25.

Dilemmes

« S'il en arrive ne serait-ce que quelques dizaines demain, on est morts ! On n'a plus aucun médicament en stock », se lamente Ayman Sahabani, directeur des urgences d'al-Shefa. Un appel à manifester est lancé après la prière du vendredi midi. Ce jeudi, plus de 50 blessés ont été priés de libérer leurs lits. « Ils vont essayer d'être transferés dans un hôpital étranger, mais...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer