Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gattaz veut explorer la piste d'un "smic intermédiaire"

Reuters15/04/2014 à 22:35

LE PRÉSIDENT DU MEDEF ÉVOQUE UN "SMIC INTERMÉDIAIRE"

PARIS (Reuters) - Le président du Medef a estimé mardi que la création d'un "smic intermédiaire" à titre temporaire, qui permettrait aux jeunes d'entrer sur le marché du travail ou aux personnes en difficulté de sortir du chômage, était une piste à explorer.

"Par rapport au niveau de chômage que nous avons, il faut tout mettre sur la table, ne pas avoir de tabous. Ça fait partie des pistes à explorer", a dit Pierre Gattaz lors de son point de presse mensuel.

Pour le dirigeant patronal, le niveau élevé du smic "pose problème" car il constitue "une marche d?escalier à monter en France" pour les entreprises.

"Une solution consisterait (...), quand on recherche du travail, quand on n'en trouve pas, quand on est jeune ou dans certaine configuration, à rentrer dans une entreprise avec un salaire adapté de façon transitoire, pas forcément le niveau du smic", a-t-il dit.

La ministre chargée de la Jeunesse, Najat Vallaud-Belkacem, a exclu que le gouvernement retienne cette proposition.

"Cette vieille idée d'un smic jeune, d'une précarisation de la jeunesse (...), le gouvernement ne la retiendra pas", a-t-elle dit à la presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale. "J'accorde trop d'importance à l'emploi des jeunes pour céder aux facilités de langage et parfois aux provocations un peu inutiles. L'emploi des jeunes mérite mieux que cela".

Laurence Parisot, à qui Pierre Gattaz a succédé à la tête du Medef, a estimé pour sa part dans un tweet que "proposer un salaire en dessous du smic s'apparente à une logique esclavagiste".

DES ÉCONOMISTES CONTRE LE SMIC

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a dénoncé de son côté une "proposition indécente", ajoutant qu'elle devrait "faire réfléchir le gouvernement qui accède très facilement aux revendications du Medef".

La question du smic a été remise sur le devant de la scène par les économistes Philippe Aghion, Gilbert Cette et Elie Cohen, qui estiment que le salaire minimum français, un des plus élevés en Europe, est un frein à l'embauche autant qu'une machine à fabriquer des travailleurs pauvres du fait des importantes exonérations de charges qui l'accompagnent.

Les trois économistes ont été reçus à déjeuner mardi par François Hollande, pour lequel ils ont travaillé pendant sa campagne électorale.

Une autre personnalité proche des socialistes, l'ancien directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce Pascal Lamy, a plaidé de son côté pour la création de "petits boulots" payés en-dessous du smic.

"Quelqu?un qui a le pied dans l?entreprise est à moitié sauvé et c?est beaucoup mieux que de le garder au chômage", a dit Pierre Gattaz pour défendre l'idée d'un "smic intermédiaire temporaire".

Interrogé sur l'échec des précédentes tentatives de création d'un smic jeunes sous les gouvernements d'Edouard Balladur et de Dominique de Villepin, le président du Medef a estimé que la gravité de la situation changeait la donne.

"Nous sommes au bord du précipice, nous avons les plus mauvais indicateurs de toute l?Europe en termes de croissance et de chômage", a-t-il dit, en ajoutant que le pragmatisme, plutôt que la doctrine et le dogme, devait être privilégié pour la création d'emplois.

(Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.