1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fusillade dans le Thalys : Jean-Hugues Anglade accuse
Le Point23/08/2015 à 10:16

« On s'est vu mourir », témoigne Jean-Hugues Anglade dans Paris Match au lendemain de la fusillade dans le Thalys. Il reconnaît avoir cru frôler la mort : « Nous attendions la mort, et nous n'avions pas le choix. »

L'acteur décrit ensuite l'extrême confusion qui a régné dans les minutes qui ont suivi les coups de feu. « L'homme armé venait vers nous, il était déterminé. J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer », raconte-t-il.

Les employés du train mis en cause

Jean-Hugues Anglade regrette par ailleurs l'attitude des employés du Thalys, qui se seraient enfermés à clef dans la motrice du train : « Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions Ouvrez ! On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu », regrette le comédien, qui déplore un abandon « insupportable » et « inhumain ».

« Nous étions prisonniers de ce train et il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. Nous étions piégés dans une souricière », se remémore Jean-Hugues Anglade. Sa priorité était alors de protéger ses enfants avec lesquels il voyageait : « J'ai protégé de tout mon corps mes enfants. »

Blessé à la main

« On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre. J'ai brisé la vitre pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7093115
    23 août11:09

    Fonctionnaires syndiqués trouillards et lâches Misérables....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer