Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fronde des chambres de commerce et d'industrie

Reuters28/05/2014 à 01:28

PARIS (Reuters) - Les chambres de commerce et d'industrie françaises sont entrées en rébellion contre un projet de réforme qui les priverait d'une partie de leurs ressources et ont décidé de suspendre toute coopération avec le gouvernement jusqu'à nouvel ordre.

Réunis en assemblée générale mardi à Paris, leurs présidents ont voté une motion de défiance contre le gouvernement, qu'ils accusent de mépriser le rôle des CCI "au service des entreprises et des territoires".

Ils accusent l'Etat d'organiser un "hold-up" sur "l'argent des entreprises" qui financent les CCI et leurs activités, notamment en matière d'investissement et d'apprentissage.

Ils annoncent la suspension de "tous les travaux en cours avec le gouvernement" aux niveaux national et territorial, leur retrait d'un certain nombre d'organismes et de chantiers comme celui du fret ferroviaire ou de la politique de la ville.

Ils ont également décidé de ne plus promouvoir le "pacte de responsabilité", une clef de la stratégie mise en place par le gouvernement pour tenter de relancer la compétitivité et la capacité d'investissement et d'emploi des entreprises.

Ils annoncent que les CCI ne transmettront plus à l'Etat les données relatives à leur fonctionnement, comme leur budget, et ne rendront plus compte de leurs activités au gouvernement.

Ils précisent qu'ils maintiendront ces mesures "jusqu'à ce que le gouvernement ait rétabli la confiance indispensable à la poursuite de la collaboration avec les CCI".

Un élément déclencheur de cette fronde a été la publication récente par la presse du pré-rapport d'une mission d'inspection de l'administration, qui préconise une réduction draconienne de ce type d'organismes et de leurs ressources d'ici 2017.

"CASSE SANS PRÉCÉDENT"

Selon un participant à l'assemblée générale contacté par Reuters, ce pré-rapport recommande de prélever 700 millions à un milliard d'euros sur le fonds de roulement des CCI et de réduire de 32% sur la période 2015-2017 la taxe qu'elles prélèvent sur les entreprises pour financer leurs activités.

"Cela conduira à ne plus investir, à réduire d'environ 30% le nombre d'apprentis en centre de formation et à fermer des aéroports et des ports déficitaires, dont on ne pourra plus reprendre l'exploitation", ajoute ce participant.

Les CCI avaient envoyé le 13 mai une lettre au Premier ministre Manuel Valls pour dénoncer "une casse sans précédent" qui mettrait, selon elles, en péril 6.000 emplois sur 26.000.

"Après avoir considérablement réduit les ressources fiscales des CCI en 2014, une nouvelle baisse drastique (...) aurait des conséquences irréversibles sur le développement économique", lit-on notamment dans cette missive.

Le ministre de l'Economie a défendu mardi à l'Assemblée nationale le projet de réforme des CCI au nom des efforts demandés à tous les organismes publics ou semi-publics pour réduire les dépenses et les déficits.

"Notre vision est assez pragmatique : personne ne peut être épargné des efforts", a dit Arnaud Montebourg, qui a précisé avoir reçu un dirigeant des CCI lundi. "J'ai dit aux chambres de commerce et d'industrie que nul ne pouvait être épargné dans la mesure où les ressources de ce réseau sont considérables."

Il a cependant promis que les "fonctions vitales" assumées par les CCI ne seraient pas remises en question.

"Il y a eu un rapport qui est extrêmement dur", a-t-il souligné. "Mais les rapports sont les rapports, les décisions gouvernementales sont les décisions gouvernementales."

(Emmanuel Jarry, avec Claude Canellas à Bordeaux et Jean-Baptiste Vey, édité par Guy Kerivel)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.