1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Frappes en Syrie : «Un avertissement extrêmement clair», juge Florence Parly

Le Parisien14/04/2018 à 22:12

Frappes en Syrie : «Un avertissement extrêmement clair», juge Florence Parly

Le président Emmanuel Macron a pour la première fois ordonné une opération militaire d'envergure en décidant de mener des frappes, avec Washington et Londres, contre le régime syrien de Bachar al-Assad dans la nuit de vendredi à samedi.Pourquoi avoir décidé de procéder à ces frappes ?FLORENCE PARLY, ministre des Armées. Les événements dramatiques de la semaine dernière à La Ghouta orientale : une attaque chimique a fait des dizaines de victimes. Nous avons reçu toutes sortes de témoignages concordants et il nous a paru évident que la ligne rouge que le président avait fixée de façon très claire en mai 2017 avait été franchie. Nous avons pris le temps nécessaire à la juste appréciation de notre réaction et de sa proportionnalité.Quel est l'objectif de cette opération ?Nous voulions que le message adressé au régime syrien soit très clair, c'est-à-dire que le recours à l'arme chimique est un interdit absolu. C'est un crime monstrueux, une violation majeure d'une règle internationale. Nous voulons que la Syrie, qui a adhéré à la convention internationale d'interdiction des armes chimiques en 2013, cesse de considérer que ces substances font partie de la panoplie « normale » de l'arsenal militaire au même titre que les armes conventionnelles : il fallait le leur signifier. Par conséquent, nous avons choisi des cibles en lien direct avec ce programme chimique clandestin de la Syrie.Plus de 350 000 personnes ont été tuées en Syrie. Des substances toxiques, mais pas seulement, ont provoqué la mort dans ce pays. Pourquoi le chimique est une ligne rouge ?Nous, les Français, avons été les toutes premières victimes au début du XXe siècle des armes chimiques. Les gaz de la Première Guerre mondiale, ça nous parle ! Avant même le début de la Deuxième Guerre mondiale, la France a pris des initiatives pour mettre en place dans le cadre international une interdiction absolue d'emploi des armes chimiques. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rillouto
    15 avril00:13

    au lieu de faire preuve d'humilité, de calme, dans ce genre de situation compliquée, ils font les malins et les arrogants .... mefiez vous petits technocrates a papa, les russes sont bien plus malins que vous,ne cherchez pas a les humilier ... et en disant ça, je pense a mon/notre pays .... la naiveté n'est pas permise dans ce domaine,vous avez voulu montré vos mucles, les russes n'en ont pas besoin ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer